Marvin – « s/t 94 »

s/t[Album]
01/09/2007
(Autoproduit/Autoproduit)

Avec une telle identité, on aurait trop vite fait d’assimiler Marvin à de la soul… Le genre de raisonnement dont il va falloir apprendre à se méfier, notamment après avoir ingurgité goulûment ce premier album autoproduit des Montpelliérains. Car le combo est bien loin du groove de la légende de la soul, même si, dans son registre, il n’en est pas moins efficace

Il faut bien l’avouer, même avec quelques regrets, la France n’a pas l’habitude de nous servir de si belles oeuvres autoproduites que ce disque éponyme, venant récompenser quelques belles escapades. Car, comme quelques autres encore trop peu nombreux, Marvin est de ces groupes qui a bien compris qu’il ne fallait rien attendre de qui que ce soit pour se faire un nom. Ainsi, pour rôder sa noise absolument jouissive, le trio a parcouru bien des kilomètres, étrangers notamment, là ou il semble qu’il soit plus facile de jouer que dans notre cher pays si friand de contraintes

Mis en boîte par l’ancien assistant de Steve Albini, Lionel Darenne, ces neuf titres révèlent une forte personnalité, tout comme une digestion musicale longue de quelques années. Pourtant, en optant pour un répertoire uniquement instrumental, Marvin ne s’est pas frayé le chemin le plus facile. Mais le talent et l’inspiration sont tellement présents que ce manque de chant, qui se fait parfois sentir chez d’autres, n’a aucune raison d’être ici même s’il n’utilise qu’une guitare, une batterie et un Korg MS20 pour seuls outils. Il n’en fallait pas plus pour que Marvin balance neuf énormes pavés dans une mare devenue un peu trop lisse à notre goût

Ainsi, et ce quel que soit le titre, il semblerait qu’il faille casser tous les membres du batteur pour qu’il daigne ne serait-ce que ralentir la cadence de ses tempos partagés entre rock et disco cocainée, et qu’ensuite guitare et clavier se voient offrir un peu moins de liberté. Le mot est lâché, et c’est bien tout ce qui fait le charme de ces sudistes qui se sont donnés comme mission de faire le maximum de bruit, non sans efficacité et accessibilité. Une fois cela bien compris, c’est sans aucune retenue nous aussi que nous nous délectons d’un tel déluge de saturation, et de tant de breaks inspirés

Marvin est un combo atypique, captivant, et un peu taré qui parvient sans mal à contaminer la moindre oreille qui a la bonne idée de s’y pencher. C’est donc avec de l’électricité dans les veines, et une cervelle devenue cymbale, qu’on aime y replonger. Chez Bokson, pas d’étoiles pour noter un disque, mais si c’était le cas, on en accorderait quatre sur cinq. Seulement, parce qu’on espère toujours mieux d’un groupe qui laisse une si belle impression..

Ecoutez un extrait iciVoir la vidéo

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire