Lack – ‘Be There Pulse’

Lack – ‘Be There Pulse’

Album / Play Rec / 04.2005
Post hardcore

Jusqu’ici reconnus pour leur hardcore ancré dans l’A.D.N. des pays nordiques, les danois de Lack rhabillent leur hargne originelle avec ‘Be There Pulse’. En faisant l’économie de saturations débordantes au profit d’une puissance brute et claire, ils démontent tous les préjugés et prouvent que le rock peut se faire limpide sans perdre une once de radicalité.

C’est à l’endroit des viscères que l’album frappe en premier. En creusant chaque idée au scalpel et en se débarrassant du superflu, trois accords suffisent au groupe pour stupéfier de son originalité. De cette simplicité apparente, si difficile à mettre en œuvre pour qui plonge dans l’abstraction, nait une expression rare et instinctive. Chaque note semble alors se nourrir naturellement de la précédente, toutes au service de mélodies imparables.

Très souvent en ligne droite, guitares et basse se tortillent avec justesse, savent également se mettre en retrait à des endroits stratégiques et réfléchis. Tout comme la batterie, toujours sèche et jamais en surenchère. Quant au chant, véritable pilier d’une fondation déjà solide, il abandonne ses hurlements premiers, pour scander haut et fort des lignes incisives, servies tout au long du disque par des textes aussi explicites que brillamment écrits.

Le résultat est époustouflant : ‘Marathon Man’ est une machine hypnotique. Son gimmick vocal, ‘Running, nothing but running’ est d’une incroyable robustesse de part son message et sa livraison mélodique. Cette furie contenue décuple l’efficacité sous les coups de ‘5 O’Clock In The Evening’, ‘Deserters’, ‘Soot, Smoke And Ash’, ou les refrains en altitude de ‘New American Century.org’ et ‘Disburden’. En résonance à ce condensé de génie, c’est aussi dans le calme et en acoustique que Lack assoit sa grande maitrise avec ‘Simonix’, manifeste répétitif d’un acharnement qui lui ressemble.

Copenhague nous offre un groupe qui pourrait bien devenir référence. En mobilisant sa fougue vers une rage contrôlée, Lack dépose un album mesuré au millimètre de rock éclatant. ‘Be There Pulse’ sonne juste et fort, va certainement en assigner plus d’un à résidence, scotché à ses platines, tant ce disque semble taillé pour faire l’unanimité et durer dans le temps. Remarquable, intelligent, génial, c’est comme vous voulez, mais à coup sûr un joyau aussi important qu’indispensable.

‘Marathon Man’, ‘New American Century.org’, ‘Simonix’


Tags:
,
No Comments

Post A Comment

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.