King Khan & The Shrines – « Idle No More »

kingAlbum / Merge / 02.09.2013
Soul garage

Le mec a la gueule de l’épicier du coin capable de répondre, de jour comme de nuit, à tes besoins les plus improbables. Sauf que, derrière la moustache, se planque une des figures les plus emblématiques du garage des nineties, celui que beaucoup ont déjà désigné comme l’empereur de la… soul. Car, depuis bientôt vingt ans qu’il remue les foules – avec notamment Mark Sultan et son BBQ Show puis ses actuels Shrines – cet agité du bocal s’est fait une réputation inébranlable rendant ses disques, comme chacune de ses prestations live pour le moins théâtrales, un événement à ne manquer sous aucun prétexte.

Six ans après « What Is!? », et autant de temps passé à ronger ses démons comme à ranger ses méninges, lui et ses « sanctuaires » convoquent comme à leur habitude le plus habilement du monde toutes les musiques qui ont fait la deuxième moitié du siècle dernier. Garage, psyché, punk, soul et funk interviennent donc équitablement tout au long des douze titres de ce « Idle No More », assez fédérateurs et communicatifs pour réussir à synchroniser une compagnie d’unijambistes (« Thorn In Her Pride »), bien que le thème principal choisi par King Khan ne soit pas forcément des plus gais. Baptisé ainsi en référence au mouvement du même nom initié par les indigènes canadiens luttant pour les mêmes droits que leurs compatriotes, « Idle No More » saisit l’opportunité pour élargir le champ et s’étendre plus généralement sur l’état du Monde actuel.

Un propos peu optimiste – seulement reflété par quelques ballades (« Darkness », « Pray For Lil », « Of Madness I Dream ») – mais parfaitement contrebalancé ailleurs par l’envie et la richesse affichées tout au long de ce manifeste débordant de pépites énergiques et groovies, portées par des cuivres aussi incisifs que les riffs de guitare (« Born To Die », l’imparable « Luckiest Man »), y compris quand le canadien – berlinois d’adoption – rend hommage à un de ses amis récemment décédé (« So Wild »). Qu’on se rassure donc, King Khan va désormais pour le mieux et peut brandir bien haut ce « Idle No More » en guise de bilan médical.

avoir

aecouterenpriorite

« Thorn In Her Pride », « Luckiest Man », « Darkness », « So Wild »

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire