King Gizzard & The Lizard Wizard – ‘Flying Microtonal Banana’

King Gizzard & The Lizard Wizard – ‘Flying Microtonal Banana’

Album / Heavenly / 24.02.2017
Garage

Le dixième album des King Gizzard & The Lizard Wizard est assurément leur plus ambitieux. Tout en conservant les rythmiques effrénées et cet art du contre temps que les australiens ont su développer, ‘Flying Microtonal Banana’ est porteur d’une petite révolution.

La formation australienne est allée puiser son inspiration dans le mode microtonal, très prisé dans les musiques orientales et qui regorge de sonorités inhabituelles pour nous occidentaux. Ce mode, basé sur l’utilisation des quarts de ton, mélangé aux talents d’instrumentistes et au style de composition des King Gizzard, forme tout simplement un son nouveau. Cet album ne ressemble à aucun autre. Ce qui, en soi, est déjà un exploit.

Sans jamais sonner faux, ces quarts de tons, savamment utilisés, ne manquent pas de surprendre l’oreille. Ils mettent également en avant les qualités de chanteur de Stu Mackenzie et la justesse de sa voix, qui sait parfois se placer à merveille là ou on ne l’attend pas (‘Doom City’). Depuis ’12 Bar Bruise’, le premier album, les progrès du jeune compositeur et de ses acolytes sont considérables. Ici, les sonorités orientales, couplées à des rythmes haletants (‘Open Water’), des mélodies inventives (‘Sleep Drifter’), le traitement toujours un peu brut des guitares (‘Anoxia’), provoquent un étrange mélange de mouvement halluciné, où les harmonies méandrées hypnotisent comme des charmeuses de serpent.

Bien sûr, elles servent le style délirant des King Gizzard, ce qui est un gage de qualité mais également un poil réducteur. Cette utilisation de la microtonalité pourrait être tout aussi intéressante dans le cadre d’une musique moins extravagante et peut être moins conçue pour la scène, où le groupe excelle par ailleurs. Mais ‘Flying Microtonal Banana’ ouvre bien une porte sur le champ des possibles, comme avait pu le faire à son époque le celtique ‘White Summer’ de Jimmy Page, auquel l’album fait même parfois écho. Et si les King Gizzard & The Lizard Wizard sortent quatre autres albums d’une inventivité comparable, l’année 2017 leur appartiendra sans aucun doute possible.

VOIR
ECOUTE INTEGRALE

No Comments

Post A Comment