Future Of The Left – « Curses »

Curses[Album]
24/09/2007
(Too Pure/Naive)

On connaissait très peu Jarcrew, groupe issu de l’underground gallois, beaucoup plus McLusky, issu de la même scène et qui aura pratiquement dû attendre son heure posthume pour qu’on reconnaisse enfin l’impact de son noisy punk tordu sur la scène rock actuelle. Future Of The Left, formé en 2005 et qui réunit des musiciens de ces deux combos (Falco et Jack des McLusky et Kelson de Jarcrew), vient donc sécher les larmes de ceux qui regrettent de ne plus les entendre, ou de ne pas avoir connu leurs plus belles heures. Et pour cause, on ne pouvait rêver meilleure reconversion, puisque Future Of The Left reprend les choses là ou les deux défunts les ont laissés, et remet instantanément les Pays De Galle sur la carte du rock n’roll

Qui aura vibré sur McLusky tremblera donc à l’écoute de Future Of The Left qui n’affiche qu’une véritable nouveauté: l’utilisation d’un clavier qui, à défaut d’être joué de manière conventionnelle, vient contribuer à cette ambiance habitée et brinquebalante, propice aux expérimentations, même les plus légères. Du coup, il intervient pour jouer sur l’intensité (« Suddenly It’s a Folk Song », « Real Men Hunt In Packs ») ou pour effacer la guitare (« Manchasm », « Team:Seed ») sans jamais changer la donne, celle qui fait que ces musiciens n’ont rien perdu de leur folie, de leur côté incisif et imprévisible, encore moins de leur efficacité

Pour le reste, on marche en terrain connu: les fûts sont martyrisés, les lignes de basse saturent et bavent toujours autant, la tension est au maximum, chaque titre vous extirpe le tympan de l’oreille, le chant partagé entre belles mélodies et hurlements envoûtés se permet quelques belles figures, le tout avec une puissance qui fait toujours beaucoup plus plaisir à entendre qu’elle n’abrutit. C’est en tous les cas l’impression que donne les quelques énormes compositions qui jalonnent ce « Curses »: l’entame  » The Lord Hates a Coward » à la précision clinique, « Plague Of Onces » et son groove sous tension, le nerveux et syncopé « Small Bones Small Bodies », l’atypique « Adeadenemyalwayssmellsgood », « Fuck The Countryside Alliance » à la répétition toute shellacienne, ou « Fingers Become Thumbs! » aux lignes de chant inspirées

Avec un tel bagage, Future Of The Left ne pouvait donc que nous faire tirer un trait sur le passé et nous pousser à regarder vers l’avant avec beaucoup plus d’espoir et de sérénité. « Curses » rend tout son sens au mot déflagration sans pour autant la priver d’un groove qui fait que, une fois encore, le bruit est une source d’apaisement intarissable. Paradoxal, certes, mais plongez vos écoutilles dans cette marmite énergétique et vous verrez que vos envie de tuer le chien passeront aussi vite qu’elles sont venues. « Curses » est un disque brutal, intelligent, imaginatif… Assez pour en faire une des meilleures sorties de l’année. Encore une..

Ecoutez un extrait ici

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire