Denzel Curry – ‘Imperial’

Mixtape / Autoproduction / 09.03.2016
Hip hop

C’est au milieu d’un écran de fumée vert et mauve qu’évolue Denzel Curry, jeune rappeur de 21 ans, originaire de Carol City dans le sud de la Floride. Au delà de l’influence des stupéfiants et de leur prisme coloré sur sa personnalité, on assiste, mixtape après mixtape, à l’émergence toujours plus perfectionnée d’un jeune talent au regard sombre et au flow acerbe, qu’il pose sur des productions étouffantes, partagées entre la narcolepsie et la hargne la plus pure.

’32 Zel/Planet Shrooms’, son double EP paru l’année dernière, se faisait déjà le réceptacle de cette double confrontation passionnante qui, encore une fois, passait malheureusement sous les radars médiatiques trop occupés à saluer l’infect retour d’un Asap Rocky moribond. Non, en vérité, le vrai point psychédélique de 2015 était là, sous un cagnard infernal, dans le cerveau couvert de dreads de notre jeune rappeur autoproclamé ‘King Of The Mischievous South’.

Arrogant, incisif, Denzel Curry n’est pourtant pas ce gangsta de poche, biberonné aux bandanas de 2pac et aux contes urbains d’Ice Cube. Son univers est plus introspectif, autocentré sur le dessin, les comics et les cartoons, à l’instar des californiens de Main Attrakionz qui partagent ce même goût pour l’imaginaire et les productions éthérées, ce hip hop qui a grandi entre un bol de Froot Loops et une weed bien corsée, que l’on a rapidement qualifié de cloud rap.

Entre ces différentes atmosphères, le flow déjà très technique de Denzel est un point d’union, un signe de ralliement que l’on retrouve à l’œuvre sur les dix titres de son dernier projet, ‘Imperial’. Concise dans sa forme, la mixtape déborde de productions fines et mélodiques qui semblent chercher un échappatoire (‘ULT’, ‘Gook’, ‘Knotty Head)’ le temps que notre petit rappeur de Floride les ramène au plus bas du sol, pour les ancrer dans une réalité balisée par les stéréotypes (‘Narcotics’) et une route encore vierge (‘Story : No Title’).

Au fil de ses mixtapes, Denzel Curry prend lentement mais surement son envol vers toujours plus de reconnaissance et d’aura. Son règne semble assuré, loin, très loin des samples de Rod Stewart et des sonorités vieille école que d’autres ont choisi avant lui. A l’opposé, c’est devant un bouillonnant chaudron d’idées folles et de schizophrénie que se dessine sa propre voie, foutrement excitante.

‘ULT’, ‘Gook’, ‘Knotty Head’, ‘Narcotics’, ‘Story No Title’, ‘This Life’

À lire ou écouter également:

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire