dDamage – « Shimmy Shimmy Blade »

Shimmy Shimmy Blade[Album]
13/11/2006
(Tsunami Addiction/Discograph)

Depuis « Radio Ape », qui avait révélé dDamage au grand jour, les deux frères Hanak qui le composent ne se sont pas endormis sur leurs lauriers. Bien au contraire. Car durant ces deux dernières années, ils se sont plutôt montrés suractifs, enchaînant les maxis chez Planet Mu et Tigerbeat 6, les remixes pour Confetti’s, Christ (ex Boards Of Canada), Crunc Tesla, et Stacs Of Stamina, les productions pour le jeune rappeur américain Sin, et les collaborations avec Dj Ai, Krikor et Krazy Baldhead. Tant d’expériences et de rencontres qui auront certainement servi au fort impact de ce « Shimmy Shimmy Blade », quatrième album à sortir chez Tsunami Addiction, et qui risque d’enfoncer un peu plus le clou quant à cette personnalité musicale atypique et imprévisible

Car il faudrait que la Terre finisse par tourner à l’envers pour que dDamage ne change d’orientation musicale. Et encore. Toujours aussi incernable, hermétique au monde extérieur, le duo propulse l’auditeur entre beats hip hop, riffs de guitare et synthés analogiques, et ce avec une telle violence que celui-ci pourrait même avoir l’impression d’être réincarné en boule de flipper. Sorties de secours sous haute tension, coups de pied au cul monumentaux sont au programme tout au long de ces seize titres qui décontenancent, vous laissent parfois redescendre doucement la pente pour mieux vous projeter à nouveau au beau milieu de cette déflagration bruitiste. Et le pire, c’est qu’on aime ça

Encore plus quand la famille Hanak s’entoure des plus prestigieux Mcs de la scène hip hop indépendante, sans qu’à aucun moment on ait, comme c’est parfois le cas, l’impression d’avoir une palanquée de contributions aux allures de featurings vitrines. Dans ce domaine, il était difficile de mieux faire: Bigg Jus (Compagny Flow), Orko Eloheim (NMS), Dose One, TTC, Mike Ladd, Tes, Crunc Tesla, Stacs Of Stamina, Sin, Existereo et Mf Doom ont tous répondu présents, attirés par le challenge de se glisser dans un univers musical peu familier pour eux. Car jamais dDamage ne brosse dans le sens du poil ou se satisfait d’intégrer une quelconque nébuleuse musicale

Alors, forcément, avec tant de gages de qualité, on a droit ici à une pléiade de bons moments. Du remonté « Shimmy Shimmy Blade » introductif sur lequel Existereo s’égosille, au destructeur « Alphabet & Burners » qui ne pouvait mieux aller qu’à Mike Ladd, en passant par le plus accessible « My Favourite Ladies » avec Mf Doom, l’excellentissime « Verdi Rough » sur lequel Bigg Juss retrouve toute l’ampleur de sa verve, ou les prestations de Tes (par trois fois sur « Sien My Name Pt1 & Pt 2 », « Adrenalyn Bisc »), Stacs Of Stamina (« dDistorted »), et Sin (« S.I.N. »), pas de doute, ce nouvel album va faire bien plus de bruit qu’il n’en fait déjà. Mais il serait trop réducteur de résumer ce « Shimmy Shimmy Blade » à ces seules contributions. Car, bien que légèrement effacé par tous ces featurings, dDamage veille au grain pour imprégner son disque d’une cohérence à toute épreuve, accentuée par quelques titres instrumentaux, dancefloor pour désarticulés (« Punkture ») ou d’une totale sauvagerie (« Pull The Plug »), venant ponctuer ce tracklisting des plus denses

« Plus vite, plus haut, plus fort », une accroche qui irait à merveille à ce nouvel opus du duo, véritable pavé dans la mare électro. Légèrement indigeste pour les novices du genre au moment des présentations, voilà pourtant un disque assez furieux, tranchant et barré pour gagner en saveur au fil des écoutes. Pas étonnant donc qu’une fois les derniers sons de « Slight Return » évanouis, on tende le postérieur pour une nouvelle fessée, aussi ravageuse qu’un pogo de robots

Ecoutez un extrait ici et

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire