Boys Noize – « Oi Oi Oi »

Oi Oi Oi[Album]
24/09/2007
(Boys Noize/La Baleine)

La vingtaine d’années tout juste entamée, Alex Ridah aka Boys Noize s’est offert le luxe de devenir un des producteurs electro les plus en vue du moment. Déjà auteur de quelques maxis qui auront conquis un large public addict des dancefloors enflammés, tout comme de nombreux labels (Kitsune, International Dee Jay Gigolo, Turbo…), sa renommée est aussi due à de nombreux remixes effectués pour le compte de Bloc Party, Feist (présent à ce tracklisting), Tiga, Kaiser Chiefs ou Justice

Le nom est lâché, car si beaucoup prêtent de manière virulente une plus grande crédibilité à Boys Noize qu’aux Parisiens ou à ses compatriotes de Digitalism, tout porte à croire que ce premier album n’aurait pas bénéficié d’autant de lumière sans un terrain bien préparés par les suscités. Certes, quand les deux gros succès de cet été tendent à popiser leurs productions et donc à toucher un public plus large, Ridah, par ses textures, son efficacité décuplée (« Let’s Buy Happiness »), et ses boucles indélébiles (« Don’t Believe The Hype »), se destinent plutôt aux dancefloors et aux clubbers pointus (« Lava Lava »)

En gros, tout ce beau monde joue dans la même cour (c’est flagrant sur « & Down » et « Arcade Robot »), mais pas dans la même classe: Boys Noize a déjà près d’une dizaine d’années d’expérience derrière lui, tandis que les autres, au même moment, étaient loin de se douter du destin qui les attendait. C’est donc toute la maturité de Ridah qui fait la différence, couplée avec une volonté de rester totalement indépendant et de ne jamais courber l’échine, un état d’esprit qui transpire tout au long de « Oi Oi Oi », ce premier opus qu’il sort sur son propre label

Distortion, saturation, rock, sauvage, funky, post Daft Punk, maîtrise du pitch, sont donc quelques termes très à la mode qu’on retrouvera constamment ici, et qui en rebuteront peut-être beaucoup, notamment ceux pour qui popularité et tout ce qui s’en rapproche rime avec impasse. Un raisonnement plutôt injuste lorsque, à l’écoute de titres comme « The Battery » ou « Deny Selected », voire même au plus accessibles mais très réussis « Oh! » et « Superfresh », on peut incontestablement attribuer à Boys Noize une vraie personnalité

On peut donc ne pas y croire, mais Ridah fait de ce projet un élément incontournable de la hype actuelle. Qu’on le veuille ou non, et même si sa démarche est indéniablement plus intègre, Boys Noize doit reconnaître qu’il lui doit beaucoup..

Ecoutez un extrait ici

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire