Bonobo – ‘Migration’

Bonobo – ‘Migration’

Album / Ninja Tune / 13.01.2017
Downtempo décomplexé

Parce qu’il a longtemps écumé les sonorités downtempo au moment où le genre faisait les beaux jours de la scène anglaise, et plus particulièrement du label Ninja Tune à qui il est toujours fidèle, Bonobo est resté – pour tous ceux qui ont pris ses distances avec lui – un simple représentant de cette jolie musique un peu trop neutre, taillée pour les after works pseudo branchés. Sauf que depuis son sacre au milieu des années 2000, époque à laquelle sa méconnaissance de la composition lui offrait sa singularité, Simon Green a toujours pris soin d’évoluer, non sans tanguer, jusqu’à définitivement devenir un producteur de renom à la sortie de ‘Black Sands‘ en 2010. Nettement plus ambitieux depuis, l’anglais a toujours parfaitement su conserver son public de la première heure et l’emmener avec lui vers de nouvelles influences et sonorités.

‘Migration’, ce nouvel album dont il est question ici, est – comme chacun de ses prédécesseurs – ce que l’anglais a signé de plus abouti à ce jour. Porté par un travail d’arrangements et de textures inédit chez lui, l’originaire de Brighton – désormais résident de Los Angeles – remet presque malgré lui au goût du jour des mots qu’on n’entendait plus depuis un bail : ‘downtempo’ évidemment car les racines du son Bonobo sont toujours bel et bien présentes (‘Ontario’, ‘Figures’), mais aussi ‘house’ avec cette orientation club qui ne se cache plus.

Aux compositions contemplatives plus ou moins généreuses en sonorités acoustiques (‘Migration’, ‘Grains’, ‘Second Sun’), répondent donc de véritables chansons pop nées de la volonté de Simon Green d’approfondir son travail sur les voix (‘Break Apart’ avec Rhye, ‘Surface’ avec Nicole Miglis), comme quelques perles electro tirant délicatement l’auditeur de sa léthargie (‘Bambro Koyo Ganda’ avec les marocains de Innov Gnawa, l’irrésistible ‘No Reason’ avec Nick Murphy aka Chet Faker). En ne se refusant rien, en ratissant large tout en conservant une solide cohérence tout au long de ce ‘Migration’, Bonobo ponctue sa discographie d’un coup d’éclat qui devrait forcer les aprioris à le reconsidérer définitivement d’une oreille nouvelle.

‘Break Apart’, ‘Second Sun’, ‘No Reason’


No Comments

Post A Comment

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.