Bonnie Prince Billy – « The Letting Go »

The Letting Go[Album]
18/09/2006
(Domino/Pias)

Un seul visage pour trois entités: Will Oldham, Palace et Bonnie Prince Billy. C’est sur ce dernier qu’on s’arrête aujourd’hui à l’occasion de son nouvel album, « The Letting Go », qui le voit plonger dans une ambiance toute aussi mélancolique que sur ses précédents disques, mais dotée de beaucoup plus de relief. Ainsi, « I See a Darkness » trouve enfin une concurrence, et on réécoute Bonnie Prince Billy sans forcément avoir l’envie de se jeter par la fenêtre une fois le dernier titre achevé. Plutôt une bonne nouvelle après quinze ans de carrière ponctuée de hauts et de bas

Le bonhomme laisse là échapper un chant qui n’a jamais été aussi touchant, posé sur des compositions pleines de grâce, belles à larmoyer, ou le blues cotoie la folk dans un décor toujours tristounet mais laissant transpercer quelques rayons de soleil. A croire que « The Letting Go », se rapprochant légèrement du « Ease Down the Road » de Will Oldham, se veut finalement une belle carte postale du lieu ou il a été enregistré: l’Islande, sous la houlette de Valgeir Sigurdsson, producteur de Bjork notamment, sûrement à la base de ces magnifiques arrangements qui font toute la richesse de ce disque. Mais, ce n’est pas tout. Bonnie est ici impeccablement accompagné: Dawn Mc Carthy (Faun Fables), très présente, survole les morceaux de sa voix haut perchée, tandis que Paul Oldham (son frère, bassiste), Emmett Kelly à la guitare (The Cairo Gang), la batterie de Jim White (Dirty Three), et un quatuor de cordes viennent parfaire ce qui est sûrement, finalement, le meilleur album du barbu dégarni

Peut être parce qu’il s’agit là d’une maturité à toute épreuve faisant son effet, d’une accessibilité plus grande due à une production supérieure, assez éloignée des précédents disques sonnant comme « faits à la maison ». « The Letting Go » est solide, d’une beauté qui décontenance (« Cursed Sleep », « No Bad News », « Cold & Wet », « Lay And Love », « I Called You Back », le sublime « Strange Form Of Life » et ses notes de guitare qui font mouche), mais Bonnie Prince Billy y perd ainsi en intimité. Pas de quoi pourtant passer à côté

A voirCursed Sleep

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire