Band Of Horses – « Cease To Begin »

Cease To Begin[Album]
22/10/2007
(Sub Pop/Pias)

Passé totalement inaperçu en France, « Everything All The Time », le premier album de Band Of Horses, aura pourtant mis tout le monde d’accord de l’autre côté de l’Atlantique, là ou nombreux ont été les journalistes, touchés en plein coeur par ce rock midtempo au chant chargé de réverbération, à lui accorder le statut de meilleur album indie de l’année 2006. Les choses auront pourtant été très vite pour ces Américains découverts en 2004 en première partie d’Iron & Wine. Conscient de la bonne étoile qui s’installait confortablement au dessus de sa tête, à peine marqué par le départ de Mat Brooke (musicien originel et influent du combo), il n’en fallait pas plus au trio pour se remettre au travail, se servir de cette belle réussite, pour offrir une suite très attendue à ses nombreux fans devenus totalement accrocs à cet univers mélo-mélancolique touché par la grâce de la voix de Ben Bridwell, certainement une des plus belles sur le circuit indie américain actuel

Gonflé à bloc, Band Of Horses accouche d’un « Cease To Begin » qui confirme tout le bien pensé du premier opus, mais l’installe aussi parmi les groupes les plus influents de la scène rock indépendante américaine. Une juste récompense pour ces trois musiciens pour qui jouer avec la beauté des notes semble aussi facile que de coucher de jolis mots sur papier et de les chanter de la manière la plus touchante qui soit. En effet, Band Of Horses est un groupe complet, sans faille, qui, plutôt que de se laisser freiner par les aléas d’une vie de musicien, puise dans une inspiration décuplée. C’est en tous les cas ce qu’il ressort quand on se plonge dans les quelques joyaux pop que cette nouvelle livraison, tous alignés avec beaucoup de cohérence et d’homogénéité quand « Everything All The Time » laissait surtout en surface de superbes titres comme « Funeral » ou « St Augustine »

« Cease To Begin », plus direct et marqué par un fin travail d’arrangements, est un album qui ne s’essouffle jamais, qui gère parfaitement l’assiduité d’écoute en jonglant avec les intensités, en variant les plaisirs, en alternant quelques titres rock moyennement appuyés (« Ode To LRC », « Islands On The Coast ») à d’autres beaucoup plus doux mais tout aussi contagieux (« Detlef Schrempf », « Marry Song », « Window Blues »). Mais une fois encore, c’est la voix claire et haut perchée de Bridwell, capable de chanter des banalités comme des onomatopées (« Cigarettes, Wedding Band ») avec beaucoup de génie, qui amène avec elle toute la personnalité de Band Of Horses. Plus naturelle car beaucoup moins baignée dans les effets du précédent album, elle semble ne subir aucune concurrence lorsque résonnent entre autres le progressif « Is There a Ghost », le carillonnant « No One’s Gonna Love You », ou la joyeuse ballade acoustique « The General Specific »

C’est donc totalement rassurés que nous retournerons sans compter sur ce nouvel album de Band Of Horses qui nous rappelle à quel point la pop peut être scintillante, dévouée et source d’émotion quand elle est offerte dans un tel écrin de velours. « Cease To Begin », contrairement à ce que son titre laisse penser, met clairement le groupe sur les rails d’une renommée grandissante, lui qui a désormais toutes les raisons pour regarder devant, pour se laisser aller à composer une multitude de titres qui ne se contenteront peut-être plus seulement de vous hérisser les poils et vous tirer la larme de l’oeil. Un des albums pop de l’année, incontestablement..

Ecoutez un extrait ici

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire