Iam – « Revoir Un Printemps »

Revoir Un Printemps[Album]
16/09/2003
(Emi/Emi)

Souvenez-vous, 1997, Iam sort son album « L’Ecole Du Micro D’Argent ». Records de ventes, tournées triomphales… A ce moment là, plus de doutes, Iam est le plus grand groupe de rap Français. Enfin, une formation issue de la culture Hiphop est respectée par les médias, par les autres artistes et surtout par un public aussi hétéroclite que vaste. Le temps s’est écoulé et après de nombreuses aventures solo, nous voici en 2003, impatients de découvrir ce « Revoir Un Printemps » tant attendu

Première constatation, avant même d’écouter l’album, la couverture médiatique de cette sortie est plus qu’impressionnante. Vous n’échapperez pas à la promo, et si vous n’êtes pas au courant de la réapparition des marseillais, c’est que vous avez dédié votre vie au recueillement le plus total. Autant dire qu’aujourd’hui, le statut d’Iam est égal à celui d’une star de la variété, du moins au niveau marketing. Mais parlons plutôt du contenu. Tout part plutôt pas mal… « Stratégie d’Un Pion » ouvre le bal avec un sample efficace et un beat bien construit mais premier accro, Freeman est déjà là et on soupçonne sa présence sur tous les morceaux. On enchaîne avec « Nous », au sample intéressant mais au refrain chanté par une de leurs invitées, vite lassant. Et c’est là que l’énumération va s’arrêter car ce qui suit n’est vraiment pas, malheureusement, digne d’intérêt. Hormis le single « Noble Art » avec Method Man et Redman, et « Second Souffle » au concept intéressant, le reste n’est ni mieux, ni moins bien que ce qui se fait en rap français aujourd’hui. Que ce soit les inspirations et constructions mélodiques type Rza sur « Fruits De La Rage », ou les essais electro d’inspiration « HipHop U.S FM » tels « Murs » ou « Bienvenue » avec Beyonce. Pour le reste, les samples piano-violon tournent en rond et donnent une impression de déjà fait. Heureusement, Akhenaton et Shurik’N maîtrisent toujours bien le micro, même si on sent un manque de renouvellement qui risque de devenir gênant. N’insistons pas sur le cas Freeman, vraiment pas au niveau, réussissant à gâcher même le plus réussi

Vous l’aurez compris, cet opus est une cruelle déception. Déception car un groupe qui a un tel statut aujourd’hui doit prendre des risques, des positions importantes et claires (et ce ne sont pas les sujets qui manquent dernièrement !), doit tout simplement surprendre son auditoire et apporter une véritable création artistique. Or, ici, on a l’impression qu’ils se sont contentés de se répéter. Peut-être cet album est-il anachronique, en tout cas il ne restera certainement pas gravé dans nos mémoires. En attendant mieux la prochaine fois, ne dépensez pas votre argent inutilement. La fin d’un règne?

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire