Hundred Reasons – « Kill Your Own »

Kill Your Own[Album]
20/03/2006
(V2/Warner)

Avec deux premiers albums du plus bel effet, Hundred Reasons a contribué à changer le décor du rock anglais. Depuis leur éclosion, tout comme celle de Hell Is For Heroes, on ne parle plus du rock de la même façon de l’autre côté de la Manche. Ainsi, les influences américaines ont voyagé, ont effacé la pop immortelle, et vont une nouvelle fois karscheriser cette vague rock revival qui y rencontre, plus qu’ailleurs, un franc succès. Pourtant, « Kill Your Own », ce nouvel album du combo, a été maintes fois remis en question. Comme beaucoup, Hundred Reasons a rejoint le wagon des groupes laissés pour compte par les majors, s’est retrouvé sans contrat pendant un peu plus d’un an, pour finalement retrouver refuge chez V2. Durant ce laps de temps, la persévérance a pris le dessus, les anglais ont parcouru les festivals, sont repartis en tournée, ont multiplié les projets parallèles, dont le très bon album de Lucky Nine sorti récemment. Désormais plus confiant que jamais, le combo balance un excellent « Kill Your Own »

Pourtant l’entame de ce nouvel opus révèle quelques intentions commerciales presque déroutantes sans pourtant remettre en question l’identité musicale du groupe. « Broken Hands » pourrait sans mal être qualifié de tube néo-rock, « Kill Your Own », premier single, est clairement formaté pour les radios « djeuns », tout comme le plus tardif « No Pretending ». Ce n’est vraiment qu’à partir de « Destroy » que Hundred Reasons laisse ressurgir sa vraie nature, entre hymnes pop parfois proches de Weezer (« The Chance », « The Perfect Gift », « This Mess »), et déflagrations lorgnant vers le hardcore (l’excellent « Live Fast, Die Ugly », « A Better Way? »). Au milieu de tout cela, un tracklisting parfaitement pensé, jouant autant la carte de la diversité que de l’homogénéité, des mélodies puissantes, un chant parfait dans toutes les situations et des refrains tubesques à la pelle (« Feed The Fire », « Breathe Again »)

Malgré les galères, Hundred Reasons est resté assez authentique pour ne pas décevoir. Quand certains jouent la carte de l’opportunisme, que d’autres s’essoufflent ou fanent, les anglais relèvent encore une fois un challenge qu’ils remportent haut la main. Certes « Kill Your Own » n’apporte rien de nouveau, mais pousse quasiment à la perfection cette mixture d’énergie et de mélodie du meilleur cru. Une belle confirmation alors qu’on ne l’attendait pas vraiment..

Ecoutez un extrait ici

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire