Hugh Coltman – « Stories From The Safe House Ep »

Stories From The Safe House Ep[EP]
01/01/2007
(Autoproduit/Autoproduit)

Ne cherchez pas ce disque chez votre disquaire habituel, vous ne le trouverez pas. Pour l’instant en tous les cas. Un écart que nous nous octroyons en raison du fort potentiel de Hugh Coltman qui, appuyé par une maison de disque ou non, se devait d’être souligné. D’autant plus que cet Anglais résident désormais en France n’en est pas à son coup d’essai, lui qui a parcouru le monde entier pendant cinq ans aux côtés de The Hoax (groupe blues/rock/soul alors signé chez Warner/East West) jusqu’à être reconnu comme une des plus belles voix du circuit. Reste que, forcé ou non (lui seul le sait), le moment d’une remise en cause, l’opportunité de s’échapper d’une certaine routine s’est présentée, et Hugh Coltman travaille désormais à son projet solo qu’il rode depuis maintenant quelques mois dans de petites salles de l’hexagone, et qu’il entrecoupe de quelques collaborations de bon goût (ZeroWatt, Spleen…)

« Stories From The Safe House Ep » est donc la toute première trace discographique de cette nouvelle aventure majoritairement acoustique, et placée sous le signe de la soul, du folk, du blues, voire même du jazz. Il aligne ici quatre titres d’une grande finesse, permettant à ses mélodies de briller de mille feux, à sa voix suave et douce de tracer une autoroute de nos oreilles jusqu’à nos tripes. Difficile en effet de contenir les quelques frissons à l’écoute des jolies ballades « Voices », surélevée par quelques cordes, et « On My Hands », enrichi de cuivres discrets. Plus léger et naïf bien que dans un registre assez similaire, le trop court « One Day » se laisse siroter en accueillant quelques rayons de soleil revigorants, ceux là même qui viennent illuminer le tube de cet Ep, « Magpie » (voir la vidéo ici), dont les contre-temps amènent autant un côté festif que le signe d’un avenir radieux. À découvrir sans tarder

Ecoutez un extrait ici

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire