Houston Swing Engine – « The Smell Of Horses »

The Smell Of Horses[Album]
05/02/2003
(Gentlemen/United Music Company)

L’hiver dernier, il a fait plutôt frais dans mon appartement. Mes vitres sont tombées, je me suis mis mes voisins à dos et le médecin ne m’a jamais autant vu depuis que je le consulte. Tout cela à cause de ce putain de maxi des Houston Swing Engine que je ne pouvais m’empêcher de faire tourner sur ma platine qui heureusement, elle, a tenu le coup. Autant dire que lorsque j’ai reçu ce premier long format du groupe, l’immeuble a vu le coup venir et tout le monde s’est barré en vacances ou s’est réfugié chez familles et amis

Je m’y suis donné à coeur joie, tout a pété là ou l’on ne s’y attendait pas. Autant dire que je suis définitivement accro de ce combo qui me rappelle furieusement l’époque Refused. Consacré l’an dernier seulement grâce à quatre ou cinq titres, l’heure est venue pour Houston Swing Engine de se hisser parmi les groupes européens les plus dévastateurs. Je retrouve dés « Gay Rodeo » ce qui m’a fait vibrer, ces guitares inarrêtables et bien grasses, ces rythmiques à vous couper le souffle ne vous laissant que très peu de phases de répit et ce chant hurlé dont on ne sait même pas comment son auteur en est ressorti indemne. Jamais je n’ai été aussi heureux d’entendre quelqu’un souffrir autant, surtout que, pour une fois, ce ne sont pas que mes voisins. Pourquoi, eux, ne viennent ils pas se glisser derrière ma porte d’entrée pour me crier toute leur haine? Au moins, on triperait tous ensemble! Ils ont rien compris au rock ces cons là!!! Mais, t’inquiète, j’attends sadiquement qu’ils reviennent pour coupler plusieurs ensembles de sonorisation et leur faire partager ces somptueux « Accumulator 77 », « Brian Molko vs Nigel Tufnel », « Don’t Start Me Up », « And You Thought Your Parents Were Weird », « Harley To Hell », ou « Earth Girls Are Easy » auxquels je les avais préparé avec The International Noise Conspiracy, Queens Of The Stone Age, Refused ou Kyuss. Heureusement que ces suisses ont quand même un peu pensé à eux avec quelques accalmies (« The Smell Of Horses », Sweet Thirteen »), histoire de leur faire croire que leur cauchemar puisse se terminer

M’en fous, demain je remets ça et si le groupe vient en concert dans ma pauvre petite ville, je les y emmène tous…de force. Dans l’histoire, il y a trois heureux: mon vitrier, mon oto-rhino et moi! Quand est-ce que vous venez bouffer?

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire