Hogwash – « Old’s Cool, New’s Cool »

Old's Cool, New's Cool[Album]
17/01/2005
(Diskrete/Night & Day)

Ce n’est pas à la lecture de la bio de Hogwash que l’on a eu envie de se ruer sur le disque. Notre période hardcore mélodique étant révolue, nos oreilles ne montraient pas un grand enthousiasme à se replonger quelques années en arrière, puisque le genre n’est pas celui qui se renouvelle le plus aujourd’hui. D’ailleurs, le nombre de formations dans le genre est bien moins important qu’à la fin des années 90 et le peu qu’il reste est souvent un plagiat des références américaines que sont Nofx, No Use For a Name ou Lagwagon. Hogwash, soyons franc, ne déroge pas à la règle et n’enrichit pas la scène. Mais après tout, peu importe. Car à l’écoute de ce « Old’s Cool New’s Cool », on se dit quand même que jamais un groupe français ne s’est autant rapproché de ses modèles. Les parisiens maîtrisent leur sujet de la plus belle manière, bénéficient d’une production plus que crédible mettant en valeur les onze titres de ce premier album. Tout y est, les breaks, le sens de la mélodie, les changements de rythme, ne manque plus à coup sûr, sur scène, que les grimaces de El Hefe. Cette galette, c’est un peu le manuel du parfait petit coreux mélodique, une vraie leçon que l’on n’aurait jamais cru venir de nos contrées. Plus rapide que les Burning Heads, plus technique que Seven Hate ou Uncommonmenfrommars, Hogwash fait presque un sans faute et accouche de titres renversant de maturité (« Visions », « Air Disaster », « 

1. Piece Of Mind     
« , « Young ») comme le prouve sa maîtrise du chant, sujet souvent périlleux pour les jeunes groupes de ce genre. Bref, un opus qui nous rend nostalgique mais nous scotche un putain de smile plutôt que de nous tirer la larme. Un bon moment…

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire