Hi Tek – « Hi Teknology 2 »

Hi Teknology 2[Album]
16/10/2006
(Babygrande/Nocturne)

Hit Tek s’est véritablement révélé à la fin des années 90 grâce à ses collaborations mémorables avec Mos Def et Talib Kweli sur les monuments « Blackstar » et « Train Of Thought ». Et il faut bien avouer que, depuis, celui qui est pourtant acclamé comme un des meilleurs producteurs aux Etats Unis, n’est jamais parvenu à autant faire l’unanimité qu’alors. Même son premier « Hi Teknology », pourtant bien accueilli et bourré de featurings de valeurs sûres, n’a jamais gagné une telle reconnaissance. Ce début de siècle l’aura vu laisser de côté une scène « indépendante » qualitative et convaincante, pour désormais travailler avec les 50 Cent, The Game, Lloyd Bank, plus bankables et surtout plus médiatisés. Mais, on le sait, ce ne sont pas forcément les artistes du hip hop américains les plus suivis qui pondent le plus régulièrement des albums qu’on aime se passer en boucle

Ne passons pas par quatre chemin, ce « Hi Teknology 2 » est assez décevant. Notamment parce qu’il enchaîne trop de titres à consonances RnBisantes, rendant ce disque un peu mou et surtout trop sucré. Même « The Chip », morceau d’ouverture sur lequel Hi Tek affûte ses talents de Mc, ou l’efficace « Keep It Moving feat Dion, Q Tip, & Kurupt », ne nous empêchent pas de craindre le pire. La suite n’en sera que plus poussive: « Think I Got a Beat feat Lil Tone » malgré une bonne version, ou « Can We Go Back feat Talib Kweli & Ayak » font une entrée en matière n’invitant pas forcément à pousser plus loin. C’est pourtant là qu’arrive le meilleur passage de ce « Hi Teknology 2 ». En effet, « Josephine feat Willie Cottrell & Ghostface Killah » semble trouver la bonne mesure entre hip hop et soul, Busta Rhymes est toujours autant capable de sublimer une version surtout lorsqu’elle lui va comme un gant (« March »), et « Where It Started At NY » est aussi séduisant que sa liste de featurings (Dion, Jadakiss, Papoose, Talib Kweli, Raekwon). Fausse joie, de courte durée de surcroît. Car Hi Tek nous replonge aussitôt dans des morceaux sirupeux ou sans véritable intérêt, qui nous tiendront jusqu’à un final « Music For Life », décoré de la plus belle manière par J Dilla, Nas, Common, Busta Rhymes et Floetry

Mais on ne pourra pas enlever à Hi Tek son incroyable talent à tailler ses versions sur mesure pour qu’elles siéent à merveille au large panel de Mcs qu’il convie, qu’ils soient mondialement connus ou totalement inconnus (Ayak, Papoose). C’est aussi grâce à cela qu’il emmène avec lui un public qui aime se faire brosser dans le sens du poil. Et Dieu sait s’il est large

Ecoutez un extrait ici

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire