Hexanol – « Scared Stiff »

Scared Stiff[Maxi]
01/10/2002
(Ballist’x/Autoproduit)

Si Hexanol vous est inconnu, peut être le connaissez vous mieux sous le nom de Imperial J. Après avoir fait ses armes en tant que concepteur musical du groupe hip hop parisien « Clique Lumineuse », le jeune prodige crée son propre label sous lequel il sort divers maxis d’abord qualifiés d’abstract hip hop avant que l’orientation musicale ne prenne plutôt une tournure trip hop. Fort également d’expériences diverses allant de la réalisation de la bande son du court métrage « Journal d’Un Associé » à celle des grapheurs russes de Red Plastika, ce jeune homme de 21 ans revient sous les feux de l’actualité avec ce « Scared Stiff » des plus alléchants

Enregistrés entre Paris, Barcelone et Londres, ces cinq morceaux feront de vous des adeptes de l’artiste puisqu’ils vous aideront sans doute à mieux comprendre son univers. Tout commence sur un très bon « Kinetic », introduction idéale de par son rythme posé mais efficace dans une ambiance profonde et psychédélique. On rentre ensuite dans le vif du sujet puisque « Velvet M.A. » vous captive grâce à son beat live percutant sur lequel viennent délicatement se poser cordes, scratches et Rhodes pour se rapprocher sans crainte d’un hip hop instrumental des plus intéressants. Imperial J démontre ensuite toute son ouverture grâce au rythme plus soutenu de « Purple Lips » reconnaissable également par son côté limite funky agrémenté de sonorités new wave, à l’orientation plus rock de « The Worldess Truth » au beat dévastateur, à la ligne de basse entraînante et aux guitares simples mais subtiles, idéales pour une montée en intensité qui ne vous laissera pas indifférents. Enfin, « Atoll » termine ce maxi sur des influences breakbeat illustrées par un gros travail de rythmique

Voilà de quoi promettre un bel avenir à ce concepteur musical méritant une plus grande reconnaissance. Si ces compositions peuvent parfois souffrir d’un certain manque de relief, force est d’avouer que l’approche artistique d’Imperial J le compense aisément. Un maxi que les adeptes de Dj Shadow entre autres, peuvent se procurer sans hésitation. Mister Imperial J, congratulations!

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire