Her Space Holiday – « The Young Machines »

The Young Machines[Album]
01/11/2003
(Mush/Chronowax)

Autrefois sur Tigerstyle Records, Her Space Holiday débarque aujourd’hui sur Mush comme pour donner à la structure, habituellement connue pour ses sorties electro ou hip hop, une couleur electro pop inédite. Difficile à classer (on a longtemps hésité entre la catégorie rock et electro), le travail de Marc Bianchi étant souvent affilié à celui de formations telles que Arab Strap, Bob Mould ou Bright Eyes, et à une scène menée de mains de maîtres par The Notwist, c’est donc avec les groupes à guitares que, chez nous, Her Space Holiday figurera

« The Young Machines », ce nouvel album, reste marqué par une sensibilité aisément palpable laissant des sentiments tels que l’amour, la perte, l’espoir, le désespoir ou l’optimisme réguler ce nouveau chapitre en dix actes. Parfois proche d’une berceuse (« The Young Machines »), et plus souvent avec l’approche d’un Markus Acher & Co, notamment grâce à sa voix de velours mélancolique (« Something To Do With My Hands »), Her Space Holiday parvient quand même sans mal à se créer son propre univers surtout lors des passages les plus gais (« Tech Romance ») et les mieux orchestrés (« Sleepy California »). Si ses compositions peuvent musicalement ressembler à quelque chose de déjà entendu (on pense parfois aussi à Fourtet), c’est surtout grâce à ses lignes de chant que Marc Bianchi fait mouche. En effet, ce sont elles qui, ici, semblent le mieux retranscrire les humeurs de leur géniteur. Ainsi, « The Young Machines » se compose de quelques bons titres mais on regrette que l’osmose entre chant et parties musicales ne soit vraiment flagrante que lors de l’ultime « From South Carolina ». C’est pour cela qu’à la fin de cet album se dégage une désagréable impression de s’être penché un poil trop tôt sur cet artiste néanmoins talentueux. Il y a fort à parier que le prochain long format sera une tuerie..

Ecoutez un extrait sur le site Mush

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire