Helena Hauff – ‘Discreet Desires’

Album / Werk Discs – Ninja Tune / 09.2015
Torpeur langoureuse

Quiconque a déjà vu ou écouté un set de Helena Hauff ne pouvait que se réjouir de la sortie de son premier album. Possédées, noires, vibrantes, ses prestations placent l’engagement physique au centre de ses recherches rythmiques. Son goût pour la techno sombre et consumée se déployait aussi lors de ses différents EP, disséminés depuis deux ans (‘Shatter Cone’, ‘Actio Reactio’) sur les labels Werk Discs ou Lux Rec.

Cette fois, elle passe donc à l’exercice du long format et profite de l’occasion pour montrer un autre visage. Armée de ses synthétiseurs et de sa 808, la productrice diverge vers une proposition plus mélodique. Si les grandes inspirations restent fidèles à la ligne suivie par l’artiste depuis ses débuts, elle adopte ici des formats plus normés, propices à des environnements plus intimes. En résulte une techno, teintée d’electronica (l’inverse est possible), lascive et cérébrale. Certains titres résonnent d’ailleurs avec les récents travaux de Karen Gwyer par leur lente progression doublée de ces hypnotiques répétitions rythmiques (‘L’Homme Mort’).
Un flirt avec l’avant-garde post-punk se décèle aussi avec saveur lors du tube ‘Sworn To Secrecy Part II’, hymne de cave langoureux et létal à même de provoquer de nombreuses obsessions.

Au final, Helena Hauff montre toute son aisance à s’aventurer vers des espaces qu’on ne lui connaissait pas. ‘Discreet Desires’ est un album complet, en mesure de plaire à ceux qui suivent son auteur depuis ses débuts, derrière les platines comme les oreilles les plus neuves. Aussi lugubre que sexuel, ce premier long-format désarçonne et séduit.

‘Spur’, ‘L’Homme Mort’, ‘Sworn to Secrecy Part II’

À lire ou écouter également:

, ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire