Head Automatica – « Decadence »

Decadence[Album]
17/08/2004
(Warner/Import)

Il est de ces side-projects dont le simple line-up fait rêver et qu’on attend avec impatience. Généralement, les responsables de ceux-ci semblent d’ailleurs volontairement faire monter la sauce, repoussant les dates de sortie d’année en année. A force de report, on vient encore une fois de nous voir filer Team Sleep sous le nez et c’est donc Head Automatica qui débarque sous nos contrées en pole position. Head Automatica, Head Automatica c’est bien gentil mais c’est qui me direz vous? Eh bien, il s’agit tout simplement de la collaboration de Daryl Pajumbo, leader de Glassjaw, et de Dan The Automator

Sautons directement à l’écoute de cet album sans tenir compte du (chouette) pédigré de ses concepteurs: « Decadence » se propose tout simplement de fusionner le rock et la disco pour essayer d’aboutir à un résultat à la fois saturé et chaloupant. Le pari est en partie réussi puisqu’on se retrouve là face à un album assez homogène, qu’on pourrait décrire plus précisément comme un garage rock 70 pailleté des déhanchements sauvages de l’époque

La plupart du temps, ça swingue, groove, feule et se balance de façon plus qu’éhontée et prodigieusement entraînante (« At The Speed Of a Yellow Bullet », « Please Please Please », « The Razor », « I Shot William H Macy »), mais il faut bien reconnaître que de temps en temps ça manque un peu de folie (« Brooklyn Is Burning » qui traîne en longueur, « King Caesar »), la faute à un lissage de la production parfois trop poussé, ou à la tendance de l’ami Daryl de trop adoucir sa voix sur les refrains, comme il le fait déjà trop souvent au sein de son Glassjaw

Mais bon, « Decadence » reste tout de même plus qu’original et mérite amplement qu’on y jette une oreille festive, éventuellement suivie de pas de danse complices

Ecoutez un extrait sur le site du groupe

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire