Hammerhead – ‘New Directionz’

Album / Black Wall / 08.2015
Noise

Il y a déjà un an, la discographie de Hammerhead reprenait officiellement du service avec ‘Global Depression‘, un mini album qui lui permettait de raviver les vieux souvenirs noise des années 90 et, par la même occasion, traverser les océans pour réapparaître aux yeux d’un public nostalgique, considérant toujours le groupe comme un des plus incontournables de l’époque et du genre.

Un tour de chauffe qui nous amène aujourd’hui à son premier album depuis sa reformation en 2010. S’il affiche autant de titre que son prédécesseur de l’an passé, ‘New Directionz’ voit le groupe s’accorder le temps de dérouler ses idées, balayant ainsi toute contrainte de durée. Pourtant, s’il va parfois jusqu’à flirter avec la dizaine de minutes, Hammerhead ne concède rien, ni de sa puissance, ni de sa rage, ni de son intensité. Tout juste peut-on avancer que, aux rythmiques plus souvent effrénées du passé (dont on devine quelques réminiscences sur ‘Age of the Troll’), il a ici généralement préféré une approche plus heavy et midtempo, comme pour permettre à Jeff Mooridian Jr quelques feintes rythmiques (‘D1, Highway of Death’), à Paul Sanders d’étaler ses dissonances, ses riffs et ses mélodies intrinsèques (‘Melted Moon’, ‘Sector 5’), et jurer à Paul Erickson que rien ne passera au travers de l’imparable ratissage de sa basse.

Promesse tenue à l’écoute du menaçant et mécanique ‘Zooid’ qui clôture parfaitement la face A par un mur du son parfaitement contrôlé, avant de s’éteindre au fil d’une longue conclusion laissant apparaître un peu d’une finesse devenue quasi inespérée. La même qui se remarque définitivement par son absence tout au long de ‘STE-00A (Vlad All Over)’, cette longue plongée en apnée finale, assez ravageuse et abrasive pour marquer durablement les esprits: un exercice dont Hammerhead, bien que plus très jeune, a maintes fois prouvé sa maîtrise.

‘Zooid’, ‘D1, Highway Of Death’, ‘STE-00A (Vlad All Over)’

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire