H-Burns – « Off The Map »

h180Album
(Vietnam)
18/02/2013
Indie rock

Doucement mais sûrement, dans une discrétion qu’il ne pourra bientôt plus contrôler, H-Burns poursuit son petit bonhomme de chemin, prend du galon à chaque album. Un peu plus de trois ans après « We Go Way Back » qui le voyait déjà s’émanciper de ses débuts folk, Renaud Brustlein s’offre un saut plus conséquent encore pour la sortie de « Off The Map »: un quatrième opus désormais hébergé par un nouveau label (Vietnam, né de la maison So Foot) épaulé par Because, et produit à Chicago par le gourou indie qu’est Steve Albini. Non pas pour faire joli sur le papier, mais bien pour parti pris artistique, ce son live que le guitariste de Shellac a jadis merveilleusement flanqué aux travaux de Nirvana, des Pixies ou de PJ Harvey.

Sans conteste, le vent des bords du lac Michigan semble avoir porté H-Burns vers une autre dimension aux contours dessinés par ces douze titres hérités du rock intemporel des nineties, frappés d’une tension sous jacente, de mélodies accrocheuses, d’une émotion constamment palpable (« Two Thousand Miles »), et d’une nouvelle amplitude bordée de sérénité (« It’s Late » avec la contribution des cuivres de Wilco). Ici, le groupe ne cache plus ses velléités électriques de plus en plus grandes, quitte à se lancer dans quelques brûlots rock à la rythmique particulièrement soutenue (« Six Years », « Stubborn Man », l’excellent « Wrong Side ») ou en s’abandonnant à une intensité croissante au sein même d’un morceau (« Sail On Wild »). Il s’en va donc désormais flirter plus facilement avec Okkervil River (« Underground, Underground ») qu’avec ses influences d’antan (Will Oldham en tête) qui parviennent néanmoins encore à se frayer quelques chemins vers une lumière (« Put Your Hands On The Right Man », « Not Only Fading Out ») que le drômois semble bien décidé à s’accaparer toujours un peu plus.

itunes5

En écoute intégrale

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire