Guru – « Jazzmatazz vol4 »

Jazzmatazz vol4[Album]
04/06/2007
(7 Grand/V2)

Alors que Gangstarr, le duo qu’il formait avec le monumental Dj Premier, s’éteignait progressivement, Guru préparait le terrain d’une belle reconversion avec son projet Jazzmatazz, un des précurseurs du savant mélange de jazz et de hip hop, né en 1993. Deux premiers volets unanimement salués, un troisième plutôt en demi-teinte suivi d’un album solo qui n’aura pas retourné les foules, et revoilà le tenace new yorkais, accompagné de son producteur Solar, avec un quatrième volume à présenter. Sa particularité? Ne plus se cantonner aux simples couleurs jazz. « The Hip Hop Jazz Messenger – Back To The Future » pioche en effet cette fois dans le funk, la soul et le rock, et affiche une liste d’invités impressionnante. Excitant sur le papier, ce nouveau disque prendra pourtant vite une allure de condensé des volumes précédents, laissant derrière lui de très bons titres, comme d’autres beaucoup plus dispensables. En gros, le duo fait surtout du neuf avec du vieux, empruntant les beats et les lignes de basse ayant fait leurs preuves autrefois (« Stand Up » et « Cuz I’m Jazzy », pas forcément mis en valeur respectivement par Damian Marley et Slumvillage). Pire encore, on osera à peine croire à de vieux has been tentant en vain de sonner actuel (l’immonde vocoder sur « Connection »). C’est donc sans attente particulière, et encore moins celle d’une certaine originalité, qu’il faudra appréhender cette nouvelle sortie de Jazzmatazz qui est et restera un album de hip hop classique, certes bien produit et ficelé, mais somme toute banal et souvent trop lisse (« Wait On Me » feat Raheem DeVaughn, « International » feat Bobby Valentino, « Kissed The World » feat Caron Wheeler). Une fois cette idée bien ancrée, il sera plus facile de ravaler sa déception à l’écoute du très bon « State Of Clarity » appuyé par le talent de Common et emmené par le clavier de Bob James, du délicieusement soul « Fine And Free (feat Vivian Green) », du jazzy et emballé « This Is Art feat Ronnie Laws », ou du classique « Infinite (feat Blackalicious) ». Pas de quoi flamber pour autant, les étoiles ne sont décidemment pas éternelles..

Ecoutez un extrait ici

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire