Guns Of Brixton – « In.Dub.Out »

In.Dub.Out[Album]
06/11/2006
(Lakalashnik’Off/Pias)

Il aura fallu moins de temps pour le dire aux Guns Of Brixton pour faire leur trou et s’imposer au sein de la scène dub française. Et cela, même s’ils ne sont pas des plus originaux, bien qu’ils emmènent leur musique dans des contrées post rock qui leur sont propres. Lab avait donné le ton, « Near Dub Experience », premier album plutôt réussi, laissait déjà prévoir une plus que digne descendance. Pourtant, les indices de cette affinité pour le rock étaient nombreux, du nom du groupe clin d’oeil au Clash, aux guitares électriques omniprésentes, en passant par les quelques titres de morceaux dénonçant l’amour du groupe pour le rock (« The Shape Of Dub To Come » en est un exemple pour qui connaît Refused). On a d’ailleurs longtemps hésité pour passer le combo dans cette catégorie tant les clins d’oeil à Mogwai ou Neurosis sont nombreux

Il n’y avait donc aucune raison que les caennais dévient de leur route, et ont plutôt bien fait d’en dessiner clairement les contours avec ce « In.Dub.Out » très convaincant. Comme beaucoup de ses pairs, le groupe opte pour des ambiances planantes voire hypnotiques, électriques donc, évidemment pilonnée par un appui (et le mot est faible) rythmique des plus denses ainsi que quelques samples vocaux bien choisis. Ceux-là interviennent la majorité du temps, sauf quand Mc Blueveiner (La Phaze), vient se poser sur « 911 », et qu’un autre vient s’égosiller sur « Cryptonik »

Mais la patte de Guns Of Brixton vient sans contestation de ces six cordes comme laissées libres, sereines, auxquelles on aurait accordé une carte blanche au point de les sentir improviser. Impossible de les manquer, car là ou beaucoup se contentent uniquement de quelques riffs bourrés d’effets ou de skanks, ces armes sur patte préfèrent plaquer les accords et intensifier ce mur de son. Dans ce cas, passons donc sans détour à l’excellence. Je parle du monumental « La Marche Des Lacunes », lent, aquatique, mélancolique, touché par la grâce et la beauté, ou cordes et piano dialoguent avec les guitares, comme si Mogwai avait finalement décidé de rythmer sans retenue son disque dédié au footballeur

Du coup, pour définitivement nous happer, il fallait que Guns Of Brixton, après avoir laché très tôt sa meilleure carte, se montre à la hauteur tout au long de ce « In.Dub.Out ». Ce qui ne sera pas forcément le cas puisque, même si « 8 Minutes En Corse », le bruitiste « Le Train Fantôme », « Rocket To Salem » et « Septentrional » sont des déflagrations de bon goût, on assistera aussi à un retour à la banalité du genre, cependant exécuté d’une manière irréprochable (« Opération Bretzel », « Sachem In Russia »). Assez pour faire à la fois de Guns Of Brixton un groupe à part, et bien intégré dans ce paysage dub français qui, à vrai dire, semblait afficher complet. Désormais, on attendra un signe de vie des caennais avec autant d’enthousiasme que pour ses confirmés voisins de tournée. Car, comme le laisse entendre cet album et ses quelques péchés de jeunesse, la partie n’est sans doute pas terminée..

Ecoutez un extrait ici

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire