Groundation – « Upon The Bridge »

Upon The Bridge[Album]
16/10/2006
(Young Tree/Nocturne)

Peu de groupes reggae étrangers, hormis les énormes pointures du genre bien installées depuis des décennies, peuvent se vanter de vendre plus de 60 000 exemplaires de leur disque en France. C’est le cas de Groundation, cette formation californienne devenue incontournable grâce à une personnalité musicale bien marquée car originale, un timbre de voix marquant, et des arrangements impeccables. On ne change pas une équipe qui gagne, ce « Upon The Bridge » marche donc sur les pas du très bon « Hebron Gate » ayant largement contribué à la réputation actuelle de Groundation. Pourtant, le combo n’est pas du genre à prendre énormément de risque, préférant répondre aux attentes de son public plutôt que de l’emmener vers des territoires inconnus. Un choix contestable certes, mais gage de satisfaction tant les groupes de reggae se la jouant « Agence Tous Risques » se rétament parfois lamentablement. Et le grand débat du reggae novateur va reprendre de plus belle. Peu importe. Groundation a donc joué la carte de la valeur sûre, optant pour des compositions traditionnelles mais bien ficelées (« What Could Have Been », « Ratant Crow », « Nonbeliever »…), soulignant encore le talent de producteurs de Harrison Stafford (leader du groupe) et de Marcus Urani (claviers). Jim Fox (studios Lion & Fox) est quant à lui aux manettes, I Jahman Levy et Pablo Moses apportent leur contribution (« Used To Laugh », « Sleeping Bag-O-Wire », « Fight All You Can », « Mighty Souls »), histoire de donner encore plus de poids à cet album au son énorme du début à la fin. Il sera donc difficile de faire de l’ombre aux californiens dans les années à venir, d’autant plus que ce « Upon The Bridge » laisse lire entre ses lignes que le combo peut élever la barre encore bien plus haut. Pas une surprise en soit..

En écoute

1. Mighty Souls     
(extrait)

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire