Greys – ‘Outer Heaven’

Album / Carpark / 22.04.2016
Punk rock

Juin 2014, Greys dévoilait ‘If Anything‘, premier disque à l’énergie punk-rock et dopé à l’overdrive, dont l’introductif ‘Guy Picciotto’ faisait à lui seul l’effet d’un coup de batte reçu en pleine tête. Précédé par ses voisins de Metz, le groupe de Toronto s’en allait chiper du côté des glorieuses 90’s tout ce que le rock alternatif produisait alors de sale et d’énervé. Mais contrairement au premier cité qui poursuit sa route sans s’écarter d’un iota de sa formule sonique – allant même jusqu’à baptiser implicitement son second disque ‘II’ -, Greys s’est délesté avec parcimonie des compositions massives qui faisait son charme. ‘Je suis fatigué d’hurler. Je veux chanter de façon plus mélodique’, déclarait d’ailleurs ce mois-ci Shehzaad Jiwani, chanteur et guitariste du groupe, au site Noisey. On est presque peiné pour lui, mais la prise de risque n’en valait pas la peine à l’écoute des piètres qualités mélodiques de ‘Cruelty’, ‘Erosion’ ou ‘Strange World’. Incapable de décoller, ces trois ballades brisent immanquablement la dynamique d’un album où les morceaux les plus réussis demeurent finalement les plus rageurs (‘No Star’, ‘Blown Out’, ‘In For A Penny’). Et ce n’est pas le conclusif ‘My Life As A Cloud’, et sa tentative semi-ratée de jouer le clair-obscur, qui nous fera changer d’avis : Greys n’est jamais meilleur que lorsqu’il joue ‘as fast as loud’. En dehors de cette marge étroite, il ne parvient plus à exister.

‘No Star’, ‘Blown Out’, ‘In For A Penny’

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire