Greys – ‘If Anything’

Album / Carpark / 16.06.2014
Post hardcore noisy grunge

Si vous pensez avoir déjà tout entendu de l’héritage laissé par les années 90 sur la génération rock actuelle, ce premier album de Greys confortera certainement votre opinion. En effet, à l’écoute des onze titres de ‘If Anything’, il pleut des trombes de références, certaines flagrantes, pourtant toujours assez furtives pour que le groupe ne tombe jamais dans le plagiat. Seulement, le combo de Toronto a aussi pour lui une fraicheur, une envie d’en découdre, mais surtout assez de talent pour convoquer tout ce que la décennie a vu passer de bon pour en faire un disque incroyablement homogène, au point parfois de risquer la trop grande ressemblance entre chacun des morceaux. C’est justement là qu’il faut commencer à creuser et déceler les nombreuses variantes qui se cachent au sein de cet album. Car Greys a beau baptiser son premier titre ‘Guy Picciotto’ et clamer son admiration pour le guitariste, les clins d’oeil à Fugazi ou Rites Of Spring (‘Lull’) sont loin d’être les plus évidents ici. Non, en passant tout comme l’entame par de nombreux changements de rythme et quelques refrains efficaces,  ‘If Anything’ convole plus volontiers vers le grunge, le post hardcore et la noise: un itinéraire déjà emprunté il y a quelques mois par Metz, autre groupe de Toronto avec lequel le quatuor ne peut nier de fortes similarités, évidentes sur ‘Use Your Delusion’, ‘Pretty Grim’ ou ‘Brief Lives’ par exemple. Logiquement, tous deux étant des rejetons autoproclamés de la génération Nirvana, ‘If Anything’ laisse souvent planer ouvertement l’ombre de ses aînés au dessus de lui (‘Flip Yr Lid’, ‘Brain Dead’, ou l’imparable ‘Adderall’ pourtant proche de ‘Territorial Pissings’). Une ombre quelque peu imposante qui pourrait décourager – à tort – ceux qui ont déjà vu passer l’original. Certes, Greys a encore pas mal de chemin à parcourir pour se forger sa propre identité, mais les aptitudes affichées ici – prometteuses à en croire un ‘Cold Soak’ plus profond et personnel que le reste de l’album – pourraient être les étincelles qui mettent le feu aux poudres.

‘Guy Picciotto’, ‘Use Your Delusion’, ‘Adderall’, ‘Cold Soak’, ‘Lull’

À lire ou écouter également:

, ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire