Grems – « Air Max »

Air Max[Album]
31/10/2006
(Deep Hop/2 Good)

Trop souvent, le hip hop electro, celui débarrassé de toute résonance abstract (un terme qui ne veut plus dire grand chose, il faut l’avouer), se résume aux cliques parisiennes que l’on connaît. Ça va changer. Car pendant que les précités utilisent la musique électronique pour faire briller et introniser le rap dans les soirées et lieux qui n’en auraient pas voulu il y a encore une poignée d’années, d’autres l’utilisent avec beaucoup plus d’intégrité et de sincérité, la mêle à des textes aussi divertissants que francs et réalistes, pour un résultat qui dépasse toutes les attentes. C’est le cas de Grems, personnage décalé et imprévisible du hip hop français qui, après des apparitions avec Hustla et Rouge à Lèvre, revient avec un album solo qui ravira un public hip hop français condamné à l’ennui, ouvert à d’autres sonorités leur étant malheureusement devenues antipathiques par l’accaparation médiatique de ses représentants les plus en vue. L’enchaînement de « Pisse De Flûte », constat sur le rap français d’aujourd’hui, avec « Pute à Frange », dont la cible s’éclaircit soudainement quand on reconnaît une phase très inspirée par Cuizinier, en est la preuve la plus flagrante

Un bien triste constat, car il suffit de ne pas se cantonner à Trax et autres blogs à la mode pour découvrir des univers conjuguant avec brio l’originalité et l’intégrité. Comme pour illustrer cette frange du hip hop, Grems se voit qualifier de racaille numérique du nouveau millénaire. Des termes plutôt bien trouvés pour celui dont le flow nécessite un certain temps pour s’y familiariser avant de dévoiler toute sa complexité technique. Certes, certains y regretteront à raison des intonations un poil trop linéaires, mais bien vite rattrapées par des lyrics délicieusement incorrects, irrespectueux, provocateurs, s’attardant volontiers sur les nouveaux clowns de la société aux discours préfabriqués. Même si « Airmax » aurait mérité une production d’ensemble de meilleure qualité, il est assez abouti et ambitieux pour laisser éclater les quelques perles qu’il contient, qu’elles soient soul (« Le X Melo »), electro ou house (Tu Parles Pour Tchi », « Pamizo »), un genre que, rappelons-le, affectionnent autant les breakeurs que les clubs

Du coup, beaucoup y trouveront aussi leurs hymnes. Parmi eux, on retiendra la version hallucinante de Dj Gero sur « Rakaille Numérik », l’excellent « USIIR » aux featurings multiples (Le Jouage, Sept…), l’electro « Les Gothics » dont le titre suffit à saisir le thème principal, le foudroyant hymne aux sneakers « Air Max » produit par un Dj Troubl’ au meilleur de sa forme, l’electro-porn « Casse Ton Boule » produit par Grems lui-même, ou « Carte à Puce Remix », house et groovy à souhait, revisite de l’original signé Rouge à Lèvre. Il n’en fallait pas plus à Grems pour s’imposer et nous rendre aussi imperméables à la pisse de flûte qu’à la pisse de pute..

Ecoutez un extrait iciA voirAirmax

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire