Gray Matters – « Intelligent Decline »

Intelligent Decline[Album]
01/08/2008
(Autoproduit/Import)

Formation sans label, le duo Gray Matters (The End aka Mr R et Introspective) semble sorti de nulle part. Basés entre Portland et Seattle, ils sont néanmoins soutenus par Sapient et Simple des Sandpeople qui produisent entièrement leur premier opus « Intelligent Decline ».

Pour un premier album, le duo de producteurs a mis les petits plats dans les grands. Proche d’une ambiance à la Oldominion, ils proposent des versions à la noirceur d’un puit sans fond. Dans cette veine, le titre éponyme « Intelligent Decline » martèle une ambiance glaciale, un beat lourd, tout pour ravir les amateurs du genre. Même traitement pour « Bulker » ou « C4 Popsides », dans un registre plus rythmé, grâce notamment à un beat construit avec des éléments de caisse claire qu’on pourrait qualifier de « militaires ». « Go Green » et sa mélodie lancinante se rapprochent plus volontiers du son Anticon, répétitif et enivrant. Et pendant qu’on est dans le jeu des comparaisons, plaçons « Goodbyes » dans la catégorie Soul Of Mischiefs, simple et pleine de spleen. « Lost In A Sense (feat Gold des Sandpeople) » viendra d’ailleurs confirmer cette tendance, tandis que « Swagger On Overload (feat Living Proof) » se veut plus conventionnel, permettant aux Mcs d’exercer pleinement leur talent

Car c’est incontestablement l’aisance des deux Mcs qui attire pleinement notre attention, lorsqu’ils balancent un rap tranchant, efficace, sans fioriture ou effet de style excessif. « Still Breathin », sur lequel ils donnent leur définition du hip hop, illustre autant leur façon de penser que leur style. Impossible également de faire l’impasse sur « Last Call (feat E.Major) », titre d’une rare originalité grâce à son ambiance particulière née d’une nappe évaporante, qu’une ligne de basse bien sentie vient magnifiée. Pas facile à appréhender mais magique quand on adhère à ce genre de construction mélodique. « Another Vision », « Brakelights & Lunch Money », « Just No Us », « Pardon Me » et « Fine Line » complètent enfin parfaitement un tracklisting cohérent, compact et surtout sans temps mort

Difficile de trouver des défauts à cette première tentative. On reste même étonné de ne pas avoir entendu parler plus tôt de ces deux artistes talentueux, preuve que des quatre coins des Etats-Unis émergent sans cesse de nouveaux talents, prêts à bousculer la hiérarchie. Si on ajoute qu’ils sont sans maison de disques ni structure (même indépendante) pour les accompagner, on ne peut qu’être admiratif devant une telle pugnacité. Underground jusqu’au bout des ongles, si tel est le prix à payer pour nous servir un rap de cette qualité, que les Gray Matters le restent le plus longtemps possible. Peu de chance devant tant de talent déballé

Ecoutez un extrait ici.

Achetez sur :

  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire