Gonjasufi – « Mu.Zz.Le »

gonja180Album
(Warp)
23/01/2012
Slowbeat

Et si, pour une fois, on prenait les fous au sérieux? Après tout, n’est-ce pas l’une des meilleures forces créatives d’un artiste? Gonjasufi, le prolifique rasta comme on l’appelle désormais, en est persuadé. Impure et perverse, sa musique prend un malin plaisir à déterrer nos pires phobies, et nous emmène dans un trip psyché et inquiétant. Il faut dire que le californien n’a jamais paru aussi sombre et lancinant, au point qu’on en viendrait même à croire qu’il flirte avec une sorte de trip-trop, très crade.

Crade parce que « Mu.zz.le », et ses bizarreries structurelles, voue un culte aux textures sonores moites et inhospitalières. A côté, Flying Lotus paraît bien modeste. Cet album est résolument personnel, mais aussi superbement spirituel: un ensemble de compositions qui éclate en délire insensé, et recèle tant de mélodies au son incertain qu’il est difficile de savoir si Gonjasufi est l’un des artistes les plus ouverts aux vents de la modernité, ou si son but est de réduire le monde en état de désordre.

Œuvre authentiquement bizarre, « Mu.zz.le » est à la fois un feuilleton à rebondissements, et une exploration de territoires inconnus, une belle idée que Gonjasufi enregistra sur la route, là où le bruit change en permanence de voix. Sans faire de la psychologie de comptoir, on imagine difficilement plus de mépris pour la propreté de la mise en son. Plus puzzle que « Mu.zz.le », l’album devrait provoquer une sérieuse augmentation de consultations chez les psychologues du monde entier. Nouveau coup de génie ou simple expérimentation, ça se discute. Mais il nous a pris aux trip(e)s!

En écoute

Disponible sur
itunes19

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire