Glös – « Harmonium »

Harmonium[Album]
26/03/2007
(Lovitt/Import)

On ne range pas définitivement au placard une entente musicale qui a longtemps fait ses preuves. C’est principalement pour cette raison que Keeley Davis, Maura Davis, et Cornbread Compton se retrouvent une nouvelle fois sous une même étiquette. Alors que le premier et le dernier officient aujourd’hui respectivement au sein de Sparta et Heavens après avoir fait la force rythmique et mélodique d’Engine Down, que la seconde a fait toute la renommée de Denali (projet auquel son frère Keeley a également participé), ces trois inséparables ne pouvaient décemment pas continuer chacun leur route sans se recroiser un jour ou l’autre. Glös déboule donc pour soigner tous les nostalgiques laissés sur le pavé à la mort de chacun de ces groupes

La chose était d’ailleurs plutôt préméditée. Car tout a commencé lors de la dernière tournée européenne d’Engine Down, quand Keeley et Cornbread s’échangeaient, dans le van, des fichiers musicaux par ordinateurs interposés. Ils découvrent alors la réalité de la composition par le biais de l’informatique, synonyme de grande liberté et palliant les indisponibilités de chacun investi dans des projets parallèles. Les deux décident alors de composer ce qui deviendra ce « Harmonium » chacun dans leur coin, de tout rassembler ensuite, puis peaufiner le tout pour aboutir à quelque chose qui aurait clairement pu être mis au monde mutuellement, dans un seul et même studio. Ce premier opus de l’entité Glös commence donc à sérieusement prendre forme sans que les deux compères ne l’aient joué une seule fois ensemble. Profitant d’un processus de composition sans limites, ils invitent alors la belle Maura Davis à venir compléter la voix de Keeley, dans un registre qui lui sied à merveille

Si certains s’élèveront donc contre ce concept à l’opposé de leurs principes, somme toute compréhensibles, attendez donc qu’ils y jettent une oreille avant de prendre leur avis pour compte. Clairement, impossible de ne pas aimer Glös quand on s’est abreuvé jusqu’à plus soif de la discographie d’Engine Down. Plus introspectif, moins rock que le groupe phare du label Lovitt, le trio a ici la bonne idée d’abuser de la patte mélancolique (vocale et guitaristique) de Keeley Davis, et du sens du rythme atypique de Cornbread Compton pour partir avec quelques atouts non négligeables. À cela s’ajoute donc la voix féminine de Maura Davis, quelques arrangements de bon goût (cordes, percussions, claviers, effets divers), et c’est la larme à l’oeil qu’on se délecte de titres tels que « Unharmed », « Public Speaker », le magnifique « Entre », ou « Driver »

Malgré la distance entre chaque membre du groupe, les deux ans passés à mettre ce « Harmonium » au monde aboutissent finalement à trois quarts d’heure passionnants et bourrés d’émotion. Un seul regret subsiste pourtant une fois l’écoute achevée: le doute qui pèse quant à la possibilité de voir ce groupe évoluer sur scène un jour. Une occasion toute trouvée pour s’en servir une louche, chose qu’on aurait faite de toute façon..

Ecoutez un extrait ici

Achetez sur :

  • Achat sur ITunes
  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire