Girls In Hawaii – ‘Nocturne’

Girls In Hawaii – ‘Nocturne’

Album / Pias / 29.09.2017
Pop


C’était une foule dense et large qui s’étendait le 26 août dernier à Rock en Seine pour le grand retour sur scène de Girls In Hawaii. Preuve qu’après 17 années d’activité, les Belges continuent de rassembler un public fidèle et de nouveaux curieux. C’est même ce qu’on a toujours aimé chez eux : la capacité à tisser des mélodies qui font mouche, flirtant avec la pop FM, tout en se permettant à chaque fois quelques pas de côté, comme orner une de leurs pochettes d’une tête de cerf a priori mort (à l’époque on a d’ailleurs cru que le groupe avait viré sa cuti façon black métal). Sauf que pour son quatrième album studio (on met de côté le recueil de titres joués live ‘Hello Strange’ sorti en 2014), Girls In Hawaii s’est réservé un très grand pas de côté. De ceux qui risquent bien de mettre à l’épreuve les nostalgiques des débuts.

Déjà intégrés avec parcimonie sur ‘Everest‘ (2013), les éléments électroniques forment cette fois-ci l’ossature de ‘Nocturne’. L’ouverture ‘This Light’ et les titres suivants ‘Guinea Pig’ ou ‘Cyclo’ ménagent toutefois la transition avec leurs arpèges de guitare ostensibles. Mais l’ambiance n’est définitivement plus à la fête. Graves et presque énigmatiques, traversés par la voix d’Antoine Wielemans étonnamment proche ici de celle de Thom Yorke, les morceaux posent le ton du disque. Girls In Hawaii laisse ses angoisses irradier sa pop autrefois solaire, moins obsédé par son propre futur que celui d’un monde sur le front des crises.

Exit aussi les arrangements luxuriants qui irriguaient ‘Plan Your Escape‘ ou ‘Everest’. ‘On a beaucoup écouté de hip-hop ces dernières années […] Il y a peu d’éléments mais ils sont hyper travaillés et très assumés. Cette façon de composer a vraiment été notre guideline‘, nous avait expliqué Antoine Wielemans en interview. Minimaliste et synthétique, ‘Nocturne’ ouvre des brèches autant qu’il pose des questions. Si les très épurés ‘Blue Shape’ et ‘Monkey’ filent droit titiller notre corde sensible en déployant à la manière impressionniste des trésors de mélancolie contemporaine, le single ‘Walk’ ou l’emphatique ‘Overrated’ manquent leur cible en arguant avec trop de volontarisme ‘vouloir faire danser les filles’.

Mais même s’il joue parfois d’artifices un peu trop visibles, ‘Nocturne’ demeure après coup un album attachant avec ses beaux moments et d’autres à vide. Un essai osé, pas forcément réussi mais pas non plus à côté de la plaque. A cause de ces imperfections et son envie de sortir de sa zone de confort, on continue d’avoir pour Girls In Hawaii une affection bien particulière.

VIDEOS
ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
‘Guinea Pig’, ‘Blue Shape’, ‘Monkey’, ‘Up On The Will’


No Comments

Post A Comment

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.