Ghostface Killah – « The Big Doe Rehab »

The Big Doe Rehab[Album]
04/12/2007
(Def Jam/Universal)

En sortant son septième album solo le même jour que celui du Wu Tang Clan, Ghostface Killah ne pouvait éviter une certaine confusion parmi ses fans. Car deux évènements aussi importants auraient pu connaître des difficultés à coexister s’ils n’avaient été tous deux d’excellente qualité

En effet, « The Big Doe Rehab » contient cette désormais marque de fabrique qui séduit un public toujours attentif. Ghostface excelle dans l’art du storytelling, entre fantasmes personnels, imageries cinématographiques, et scènes de la vie quotidienne. Mais toujours avec une prédominance soul dans la production musicale, comme pour brouiller les pistes, chose qu’il affectionne particulièrement. Une dominante mise en valeur par le magnifique « Yolanda’s House », featuring Method Man et Raekwon, marqué du sceau du clan. Encore plus avec « Walk Around » et un sample superbement orchestré de Little Milton. Et pour compléter la liste de ses emprunts, on notera un morceau du « I Just Want To Celebrate » de Rare Earth pour un « We Celebrate » (feat Kid Capri), ainsi qu’un échantillon de Johnny Guitar Watson sur « Supa GFK »

Mais se contenter de surfer une vague qu’il connaît déjà par coeur n’étant pas dans ses habitudes, « The Ironman » varie toujours son terrain de jeu. Ainsi, « The Barrel Brothers » avec son riff de guitare et en compagnie de Beanie Sigel, ou encore « Killa Lipstick » (clin d’oeil à EPMD), démontreront toujours cette facilité à habiter les instrus, à leurs donner une âme. Encore plus lorsque le tempo se fait plus lent et l’ambiance plus douce: « Shakey Dog Starring Lolita » avec Raekwon et « Slow Down » avec Chrisette Michele concluent avec délicatesse cet opus fidèle aux attentes des inconditionnels

Ce n’est certainement pas le meilleur album de Ghostface, mais « The Bid Doe Rehab » reste dans la lignée de ce qu’il nous propose d’ordinaire. Faisant partie des meilleurs Mc, ses histoires étant toujours captivantes, et faisant en plus preuve de créativité dans sa technique, difficile de faire l’impasse et de ne pas considérer ce disque comme un des meilleurs du moment. Double couronnement, puisque avec le remarquable « 8 Diagrams » du Clan, il marque ce début d’année de son empreinte. Le Wu et ses membres sont décidemment omniprésents et prouvent qu’ils sont plus vivants que jamais

Ecoutez un extrait ici

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire