Ghostface Killah – « Apollo Kids »

ghost180Album
(Def Jam)
17/12/2010
Hip hop

Toujours difficile de savoir à quoi s’attendre quand on se lance dans le nouvel album d’un vétéran comme Ghostface Killah, dont les vingt ans d’expériences cumulées au sein du Wu Tang Clan comme en solo font encore rêver bon nombre de jeunes pousses. Il suffit de regarder l’évolution de beaucoup de Mcs de sa génération, souvent partagés entre sempiternelle redite et envies d’ailleurs pathétiques, pour s’apercevoir que le tableau n’est en effet pas toujours reluisant. Avec « Apollo Kids », le neuvième album de sa discographie, Ghostface prouve pourtant merveilleusement qu’il a encore beaucoup à offrir avant qu’on le considère définitivement fané. Mieux: c’est même en vain qu’on cherche les faux pas tout au long de cette douzaine de nouveaux titres qu’on n’osait espérer si efficaces. De quoi raviver la flamme pour de bon avant l’entame d’une année 2011 au cours de laquelle il a d’ores et déjà prévu la sortie de deux albums.

Certes, on entend déjà les plus médisants condamner Ghostface Killah pour ne pas avoir daigné passer les quarante minutes, et pour avoir invité de nombreux autres acteurs à sa fête, majoritairement membres du Wu Tang: rien de mieux en effet pour mettre en retrait le principal protagoniste du disque et se planquer derrière le collectif. Sauf que, pris dans sa globalité, et bien qu’il utilise la même recette que lors de ses précédents opus, « Apollo Kids » met fin à quelques années de disette, et s’écoute avec beaucoup de plaisir, un constat actuellement pas si récurrent dans les bacs hip hop, faut il le rappeler. Dès l’excellente entame « Purified Thoughts » (avec GZA et Killah Priest) bâtie autour du sample de « Am I a Good Man? » de Them Two, le décor est planté: le son des années 60 et 70 sera dominant, qu’il soit soul (« 2getha Baby », « Ghetto »), ou psychédélique (« Superstar » feat Busta Rhymes).

Mais en aucun cas « Apollo Kids » ne pourrait s’y résumer tant l’éventail de ses atouts est définitivement plus large. Difficile en effet de ne pas tiquer sur « Starkology » qui laisse remonter à la surface quelques influences eighties, autant dans son penchant rythmique qu’en allant piocher du sample chez Tears For Fears. Comment ne pas apprécier aussi la dextérité intacte de Ghostface Killah sur « How You Like Me Baby », comme l’impact d’une énergie retrouvée quand il s’affiche aux côtés de  Raekwon, Method Man et Redman (« Troublemakers »). A vrai dire, il y aura bien ici que Black Thought (The Roots) pour lui tenir la dragée haute sur l’imparable « In Tha Park » aux contours old school. Reste que, pendant que Ghostface continue de faire du Ghostface tout en gratinant son oeuvre, c’est tout le Wu Tang Clan qui profite de l’occasion pour confirmer et afficher bien haut une résurrection autrefois inespérée.

En écoute



Disponible sur
itunes17

À lire ou écouter également:

,

2 réponses à Ghostface Killah – « Apollo Kids »

  1. kl3m 24 décembre 2010 à 11 h 56 min #

    Un p’ti Big Up à l’ équipe de Mowno!
    Merci à vous pour cette année de chroniques, de belles découvertes et pour cette ligne éditoriale éclectique et pointue.
    Je crois que 2010 restera un bon cru.
    En tout cas je reviens l’ année prochaine chercher du son frais…
    Bonnes fêtes à vous.
    Klem

  2. mehdi 30 décembre 2010 à 17 h 58 min #

    c’est clair, un grand merci à toute l’équipe, on se retrouve en 2011 !

Laisser un commentaire