Get Well Soon – « Vexations »

get180Album
(City Slang / Coopérative Music)
25/01/2010
Pop symphonique

Après un premier album qui fit l’unanimité tant il laissait parler la profondeur de sa musique et son indéniable talent de multi instrumentiste, Konstantin Gropper s’est offert une place de choix au sein de cette cour des grands de la pop, dans laquelle il était entré par la petite porte. Celle que choisissent souvent les artistes humbles et émergents, qui préfèrent que leur musique se dévoile avec le temps plutôt que d’être aussi vite oubliée qu’écoutée. Ainsi, Get Well Soon n’est pas de cette pop grand public et formatée, mais bien de l’autre: poétique, émouvante, et orchestrée avec la plus grande application. Preuve en est « Vexations », plus sombre que son prédécesseur, une nouvelle fois frappé d’une infinie richesse musicale et d’une intelligence rare. Une thématique – celle de la contrariété, sentiment qui selon lui persiste profondément à tout âge de la vie – des textes inspirés de notes prises à la lecture de philosophes, Get Well Soon fait une nouvelle fois parler son œuvre avec des mots aussi justement choisis que chacun des instruments qui viennent les colorer. Quand ce n’est pas l’inverse au sein de ce disque ou rien ne va sans l’autre. Par exemple, « Nausea » témoigne de l’importance de prendre ses distances avec nos perspectives d’enfant, « Seneca’s Silence » relate la mise en scène de son propre suicide dans une ambiance à la fois légère et lumineuse, « We Are Free » expose sa notion de liberté pendant que cuivres et choeurs ouvrent l’horizon, alors que le beau mais soporifique « That Love » préfère celle d’avoir à s’autodétruire pour se sauver. Tout un programme. Mais Get Well Soon brille tout autant si on veut ne considérer que sa musique, le désintellectualiser un peu, et le rapprocher des travaux pour le cinéma que Gropper mène en parallèle (il a composé la bande originale de Rendez Vous à Palerme, film de Wim Wenders). A ce petit jeu, « Red Nose Day » aux seules cordes (guitares et violons), ou le brillamment orchestré « 5 Steps / 7 Swords » ont leur mot à dire. Plus encore, certains titres conjuguent magnifiquement chacun des atouts croisés sur ce disque et redessinent de ce fait sur la carte des chemins pop trop peu souvent empruntés. C’est le cas des symphoniques « We Are Ghosts » et « A Voice In The Louvre », parfaits reflets de l’aspect majestueux que peut prendre la musique de Get Well Soon, définitivement vibrante et adulte.

En écoute


À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire