Generic – « Open City »

Open City[Album]
01/11/2007
(Slow Death/Kicking/Anticraft)

Qui traîne ses guêtres depuis quelques années sur la scène rock française underground n’aura pas manqué de croiser Generic, le duo de Besançon né des cendres de Second Rate ayant une soif immodérée de concerts. On se souvient notamment de sa prestation remarquée au sein de l’Emo Glam Connection et de sa compilation sur laquelle ces deux lascars s’étaient, non sans une certaine réussite, attaqués au dangereux exercice de la reprise de Fugazi (« Blue Print »). On avait cependant en mémoire un set brut de décoffrage et bruitiste, prenant ses distances avec un passé commun au sein d’une des formations rock les plus remarquées de ce début de siècle, dont ils ont su s’éloigner pour un retour à la case départ qui se montre aujourd’hui salvateur

Ici, point de mélodies tubesques ni de titres autoroute exécutés la guitare au niveau des genoux. Generic a semble t-il décidé de faire autant de bruit, sans pour autant caresser l’oreille de l’auditeur dans le sens du poil.Tandis que leurs anciens compagnons de tournée débauchent une certaine énergie au sein de The Black Zombie Procession (pour ne citer qu’un des projets de l’innarrêtable Nasty Samy), le duo a préféré s’adonner à une noise décapante au sein de laquelle viennent s’immiscer quelques touches post rock (« You Save Me », « Barbara Slow Motion », « Your Brother Is Dead »). Mais la vraie surprise de ce « Open City » est cette approche unique qui parlera à la fois aux fans de Unsane et Melvins que de Trans Am. Car ces treize titres (quatorze en réalité) ne vont pas sans quelques finitions faisant de cet album un projet bien pensé et appliqué, ou le contraste entre les déluges de décibels et les détails électroniques s’équilibre parfaitement. Ainsi, si on pouvait s’attendre à des morceaux sombres et rageurs tels que « Pink Lady », « Les Folles Avec Les Fous », « Little Yellow Jacket », ou les excellents « Paragraphe » et « Comtesse 666 », tous portés à bout de bras par une basse et une rythmiques implacables, on n’aurait jamais pensé Generic capable de s’adonner à une electro planante (« Open City », « Open City (Suburban Area) ») se mariant aussi bien avec son penchant débridé (« Escher »)

Mieux encore, qu’on n’entende plus les critiques s’abattre sur un manque d’originalité et un sens de l’arrangement en demie teinte de la part de la scène rock, française notamment. On aurait ainsi vite fait de dégainer le carillon de « A Theme », ou surtout « Le Pont Des Suicidés » ou harpe et cordes amènent avec elles une douceur indispensable à ce genre de disque. Ajoutez à cela un chant qui n’intervient que quand il s’avère indispensable, et ce « Open City » de Generic vient bien incruster au plancher cette traînée de poudre qu’il provoque à chacune des écoutes. Amateurs de bruit maîtrisé, virez moi ces bouchons d’oreille et laissez vous aller à quelques acouphènes qui auront rarement été aussi jouissifs..

Ecoutez un extrait ici

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

, ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire