Gang Of Four – « Return The Gift »

Return The Gift[Album]
10/10/2005
(V2/Sony-BMG)

Marre de Franz Ferdinand? Pas franchement convaincu par Bloc Party ou par The Futurehreads? Qu’importe! Leurs mélodies post-punk diluées à la pop semblent bien parties pour squatter les sommets des charts ad vitam aeternam. Alors que faire? Et bien, vous pouvez toujours essayer de les en déloger vous-même, auquel cas bon courage, ou alors les remercier pour avoir remis les Gang Of Four au goût du jour. Résultat, à peine sortis de leur maison de retraite, Allen, Burnham, Gill et King rempilent pour une tournée de réunion aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne et livrent « Return The Gift ». Que peuvent donc bien avoir à dire ces marxistes socialistes plus de vingt ans après leur formation? Et bien pas grand-chose… En tout cas pas grand-chose de nouveau. Car « Return The Gift » n’est pas à proprement parler un nouvel opus: il s’agirait plutôt d’un faux best of dans lequel les Go4 revisitent quatorze morceaux de « Entertainement » (1979), « Solid Gold » (1981) et Song Of The Free (1982). Pourquoi uniquement reprendre des morceaux de ces trois albums? Officiellement, parce qu’il s’agit des seuls sur lesquels les quatre garçons jouent ensemble. Officieusement, parce qu’après 1982 il n’y a plus grand-chose à retenir de Gang Of Four. Alors autant dire que si cette réunion fait plaisir, cette idée de réenregistrer des classiques fait plutôt peur: les Go4 allaient-ils renouer avec la grâce ou bien se ridiculiser comme bon nombre de papys du rock? Bonne nouvelle, l’exercice de style est parfaitement maîtrisé. De « To Hell With Poverty » à « Anthrax » en passant par « What We All Want », tous les classiques du groupe ont droit à un lifting plus ou moins réussi… Même si « Damaged Goods » pourrait légitimement se retourner contre le chirurgien. Leur critique sociale sur fond de punk, dub et de funk n’a quant à elle pas pris une ride et ferait presque regretter l’absence d’inédits. Allez, les plus chanceux pourront toujours se consoler avec l’édition collector qui propose une deuxième galette remplie de remixes. Au programme, « Ether » remixé par Tony Kanal des No Doubt, The Others signent un « At Home Is A Tourist » endiablé et la version des Yeah Yeah Yeah de « I Love A Man In A Uniform » est tout simplement jouissive. Un peu comme si les élèves avaient rattrapé les maîtres.

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire