Franky Lee – « Cutting Edge »

Cutting Edge[Album]
29/01/2007
(Burning Heart/Pias)

Comme son compère Nikola Sarcevic, Mathias Farm, guitariste de Millencolin, a sûrement voulu sortir de sa routine quotidienne en s’échappant un instant de ses comparses pour monter le projet Franky Lee en compagnie de quelques vétérans de la scène punk suédoise. Ce qui n’était peut-être à la base qu’un délicieux passe-temps pourrait bien cependant dépasser toutes ses attentes. Car, comme beaucoup d’acteurs de la scène musicale, il a théoriquement monté vingt-cinq groupes lors de discussions alcoolisées sans jamais voir l’ombre d’un studio ou pire, d’un local de répétition. Du coup, Farm a dépassé son quota et se voit maintenant brandir « Cutting Edge », premier exercice d’un side project ayant finalement bien voulu voir le jour.

Il faut dire que le guitariste de Millencolin a passé assez d’années à composer pour ne pas manquer d’idées une fois le jour J arrivé. Et ce premier album est essentiellement composé de douze titres qu’il gardait bien secrets, sans même savoir s’il serait capable de les chanter, jusqu’à ce qu’il rencontre des compères dignes de les sublimer, Magnus Hageras (Peepshows) et Fredrik Granberg (Randy) pour les citer. Et le résultat est à la hauteur de toute la motivation que ces trois hommes ont mis dans ce projet. Pourtant, « Cutting Edge » n’est pas un album révolutionnaire, juste une enfilade d’une douzaine de petits brûlots punk aux couleurs rock n’roll, généreusement énergiques, impeccablement produits, exécutés pied au plancher et en toute simplicité (on compte les riffs sur les doigts des deux mains), comme pour donner ses rênes aux mélodies. Alors, évidemment, les références sont multiples, beaucoup s’étant déjà lancés dans de tels exercices, sans pourtant se révéler aussi accrocheurs

De ceux-là, on retiendra Samiam, Snuff, et les Foo Fighters surtout (« The World Just Stopped »), planant tous les trois au-dessus de ce répertoire. Parmi les titres les plus réussis, le vigoureux « Solitary », les élégants « Cold Eyes » et « Angles » en dignes héritiers de la période fougueuse de Jimmy Eat World, et le solide « Waiting To Go Off », auxquels on peut ajouter tous ces refrains implacables même si parfois un peu trop sucrés (« Antifreeze », « Pick Your Poison », « The World Just Stopped », « Be Real »). Mais, soyez rassurés, « Cutting Edge » passe comme du petit lait, sans aucun risque de diabète ou d’écoeurement..

En écouteThe World Just Stopped

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire