Foo Fighters – « Echoes, Silence, Patience & Grace »

Echoes, Silence, Patience & Grace[Album]
24/09/2007
(RCA/Sony/BMG)

Il y a deux ans, les Foo Fighters célébraient leurs dix ans d’existence avec un double CD (dont un acoustique) intitulé « In Your Honor ». Arrivés à un stade de leur carrière que peu atteignent du fait de la difficulté pour un groupe de vivre à la fois ensemble et dans un contexte peu propice à la durée, ces quatre Américains dévoilaient ainsi un nouveau pan de leur talent, laissant comme seule interrogation ce qui allait être possible de faire de plus dans le futur. « Echoes, Silence, Patience & Grace » répond en quelque sorte à cette question: les Foo Fighters resteront les Foo Fighters, sans se dénaturer dans une recherche forcée d’originalité, et en alignant des compositions de grande qualité soulignant, à l’instar des Queens Of The Stone Age, son statut d’un des groupes de rock les plus importants de sa génération

Inutile donc d’aller chercher la lune sur ce nouvel opus. Dave Grohl et sa bande s’appliquent donc ici à pondre quelques-uns des morceaux les plus brillants de leur discographie. « The Pretender » et « Let It Die », les deux titres de l’entame tout en puissance et en mélodies, à l’intensité variée, en font incontestablement partie. Une bonne mise en bouche qui annonce la couleur et vous donne clairement envie de prolonger le plaisir. D’autant que « Erase Replace » reprend à la perfection la recette type des Foo Fighters, que l’acoustique (« Stranger Things Have Happened », « Come Alive », « But Honestly ») comme une pop musclée (héritage du passé de Chris Shiflett au sein de No Use For a Name?) viennent prendre part à la fête (« Cheer Up Boys », le tubesque « Long Road To Ruin »). Excitant mais sans véritable surprise me rétorquerez-vous à raison. Mais la surprise sera également de mise, et viendra certainement à l’écoute du bluesy/pop « Summer’s End », de la haute voltige guitaristique de l’invitée Kaki King (l’instrumental « The Ballad Of The Beaconsfield »), et encore plus lorsque vous entendrez Dave Grohl au piano sur « Statues » et « Home » qu’on pourra ne pas apprécier, mais qui contribueront eux aussi grandement à la belle variété de ce disque

Douze ans que les Foo Fighters existent, douze ans que le groupe monte constamment en puissance et qu’il laisse à chaque album quelques-uns des titres qui inscriront son nom à l’encre indélébile sur les cahiers du rock n’roll. Oui, tout cela prend désormais des allures de machine de guerre extrêmement bien huilée, Dave Grohl s’affiche maintenant en artiste totalement accompli… Mais en prenant quelques risques (même minimum) à chaque étape discographique, le groupe avance et confirme une maîtrise et une facilité insolente à marquer les esprits tout en ne tombant pas dans la redite. Voilà pourquoi, « Echoes, Silence, Patience & Grace », au même titre que ses prédécesseurs, est le meilleur album des Foo Fighters à ce jour

Ecoutez un extrait ici

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire