Flotation Toy Warning – ‘The Machine That Made Us’

Flotation Toy Warning – ‘The Machine That Made Us’

Album / Talitres / 16.06.2017
Pop de grand cru

Pour les avoir aperçus il y a quelques mois à la Maroquinerie – le 11 novembre dernier, à l’occasion des 15 ans du label Talitres – on a pris toute la mesure du perfectionnisme quasi-maladif qui s’agite en coulisse chez Flotation Toy Warning. Sur scène, les Anglais affichaient des visages crispés, hésitants, devant un public pourtant plus qu’enthousiaste à l’écoute de leurs fabuleux morceaux de pop rêveuse. C’est même en s’excusant platement de ne pas vouloir donner de rappel que le groupe a quitté la scène de la salle parisienne.

Des control-freaks, des vrais, dont on n’imaginait plus entendre un jour ce second album tant espéré. Mettons à leur crédit que le défi était de taille : donner une suite à l’incroyable ‘Bluffer’s Guide to the Flight Deck’ sorti en 2004. Un disque plein de tiroirs, de surréalisme, de balades rêveuses et d’émotions agitées par une mélancolie chevillée au corps. Flotation Toy Warning déployait son propre langage musical entre classicisme et modernité, à rapprocher s’il le faut (pour tous ceux qui seraient passés à côté), du Mercury Rev des grands ‘Holes’ et ‘All Is Dream’.

Il faut croire que Flotation Toy Warning, en plus de posséder sa propre grammaire, évolue aussi dans une temporalité à part – presque une démonstration concrète de la théorie de la relativité. Treize années se sont écoulées pour nous. Mais à l’écoute de ‘The Machine That Made Us’, seuls quelques jours semblent s’être égrainés pour la formation londonienne qui reprend les choses exactement là où elle les avait laissées. Pourtant, les titres de ces nouveaux morceaux suffisent à eux seuls à mesurer le combat intérieur qu’elle a dû mener pour livrer cet album (‘Due To Adverse Weather Conditions, All Of My Heroes Have Surrendered’, ‘Everything That Is Difficult Will Come To An End’ ou encore ‘Driving Under The Influence Of Loneliness’ en sont la parfaite illustration).

Mais côté musique, c’est l’Olympe : des mélodies amples, pleines d’évidences, souvent jouées par les mêmes claviers lunaires, cette dramaturgie dans la voix qui jamais ne sombre dans le ridicule, ou encore cette orchestration à la fois dense et parfaitement maîtrisée, à l’image du grandiose ‘A Season Underground’. Les titres s’étirent et ne révèlent leur étrange beauté qu’au fil des écoutes et des chausse-trappes dans lesquels on continue de tomber avec plaisir. Bref, tout paraît simple sans jamais vraiment l’être. Un mystère qu’il vaut mieux chérir plutôt que comprendre, à l’heure où chaque tour de magie n’est voué qu’à être impitoyablement disséqué.

Par son statut, sa lenteur d’exécution ou ses expérimentations hors du temps, Flotation Toy Warning édifie un peu plus sa légende de groupe à part. De ceux injustement méconnus mais auprès desquels on aime encore trouver du réconfort comme des enfants dans leur cabane isolée du grand bruit. Alors oui, on en vient à relativiser le temps pour s’octroyer quelques secondes d’apesanteur en compagnie de ces précieuses chansons.

VIDEO
ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
‘Controlling The Sea’, ‘Due To Adverse Weather Conditions, All Of My Heroes Have Surrendered’, ‘A Season Underground’, ‘When The Boat Comes Inside Your House’, ‘To Live For Longer Slides’

No Comments

Post A Comment