Flake Music – ‘When You Land Here…’

Album / Sub Pop / 24.11.2014
Indie pop

Si vous ne pensez qu’à la méthamphétamine bleue de Heisenberg quand on vous parle d’Albuquerque, c’est que vous regardez sans doute trop la télé. Parce que la ville du Nouveau Mexique est aussi le berceau d’un certain James Mercer, ce songwriter – et accessoirement acteur – qui, avant de se faire un nom avec The Shins puis Broken Bells, s’y distinguait déjà avec un de ses tout premiers projets musicaux baptisé Flake Music. On est alors dans le courant des années 90, le groupe sort un seul album intitulé ‘When You Land Here, It’s Time To Return’, part en tournée aux côtés de formations confirmées telles que Califone et Modest Mouse, mais se désagrège rapidement pour laisser la voie libre à son successeur, depuis quelques temps déjà mis sur les rails sous l’impulsion de Mercer et du batteur Jesse Sandoval, tous deux désireux d’aller voir si l’herbe n’était pas plus verte ailleurs.

La suite n’a désormais plus de secret pour personne. En revanche, peu nombreux sont les fans de The Shins à connaitre l’existence de ce disque, à l’époque sorti sur l’obscur label Omnibus Records, aujourd’hui réédité par Sub Pop en version remasterisée. Et ce qu’on y découvre n’est finalement pas une surprise: si le travail de composition y était collaboratif, chaque morceau est frappé du sceau d’un Mercer déjà fin mélodiste (‘The Shins’), très bon chanteur malgré une voix plus aigüe (‘Mieke’), et contribue à ériger un version adolescente de ce que ‘Oh, Inverted World’ sera un peu plus tard. C’est évident sur l’entame pourtant très aboutie qu’est ‘Spanway Hits’, comme sur ‘Blast Valve’ qui lui emboite le pas sans pouvoir cacher très longtemps les origines nineties d’un disque qui tire parfois vers l’émo (‘Structo’ dans un veine proche de Weezer, ‘Deluca’, la conclusion instrumentale ‘Vantage’).

Mais sur la longueur, ‘When You Land Here…’ frappe aussi par sa constance et sa diversité. Flake Music saute ainsi sans embarras d’une ballade à la guitare (‘On The Playground, In The Wind’) à une autre aux discrets contours psychédéliques (‘Faded Polaroids’), en passant par un titre indie rock des plus classiques (‘Mieke’). Parfois alourdi par le poids des ans, cet album méritait pourtant bel et bien de revoir le jour: non seulement pour les fans complétistes de The Shins, mais aussi pour laisser une trace indélébile de l’embryon d’un monstre indie pop en devenir.

‘Spanway Hits’, ‘Blast Valve’, ‘Structo’, ‘Deluca’

À lire ou écouter également:

, , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire