Fink – « Sort Of Revolution »

fink180Album
(Ninja Tune)
25/05/2009

Alors que beaucoup tentent d’empoigner leur guitare avant que la recrudescence folk ne s’éteigne et laisse la place à autre chose, Fink a eu le nez assez fin pour se lancer avant même que pullule la nébuleuse actuelle de songwriters. On pourrait même aller jusqu’à dire qu’il y aura contribué, lui qui a fait presque malgré lui l’unanimité en 2006 avec «Biscuits For Breakfast», un premier album qu’il fit écouter à Ninja Tune en le présentant comme le projet d’un artiste croisé par hasard. Il n’aura pourtant pas pu se cacher plus longtemps. L’Angleterre puis l’Europe découvraient alors un auteur/compositeur/interprète touchant et sensible, débarqué de l’electro, et doté d’autant de talent que d’humilité. Depuis, Fin Greenall surfe sur cette destinée surprise, se fait plaisir en menant sa barque là ou il veut bien qu’elle aille. «Distance And Time», un ton en dessous mais plus étoffé, l’illustrait déjà, «Sort Of Revolution», sa nouvelle œuvre totalement auto-produite, aussi. Fink s’y montre plus ouvert à la soul music («Maker», le surprenant «Q&A» uniquement construit sur un claquement de mains) et au blues («Pigtails» avec la participation de Son Of Dave à l’harmonica), même s’il conserve cette approche très personnelle qu’il soigne depuis maintenant trois ans. Les ballades épurées et touchantes («Six Weeks», «If I Had a Million», «Walking In The Sun», reprise de Jeff Barry), comme sa griffe mélancolique («Move On Me» avec John Legend au piano) font donc toujours la sève de l’album, et quelques sonorités dub échappées de son projet Sideshow viennent même enrichir certains titres («Sort Of Revolution»). À la fois plus mature et plus mystérieux, mais définitivement fidèle à sa courbe d’évolution, Fink pond donc un troisième album moins immédiat que les deux premiers, qui gagnera en saveur au fil des écoutes plutôt que de se dévoiler prématurément. Du coup, on y retourne, des fois qu’on aurait manqué quelque chose…

Achetez sur:
itunes73

À lire ou écouter également:

,

Une réponse à Fink – « Sort Of Revolution »

  1. Maxime 4 juin 2009 à 17 h 12 min #

    Je l’avais aperçu chez Manu Katché à One Shot Not. Sublime.

Laisser un commentaire