Fidlar – ‘Almost Free’

Fidlar – ‘Almost Free’

Album / Mom + Pop / 25.01.2019
Punk rock


Quand Fidlar a sorti Can’t You See, le premier extrait de son troisième album Almost Free, il était évident que quelque chose avait changé. Produit au Sunset Sound Sutdios d’Hollywood par Ricky Reed, habitué au rock FM (Twenty One Pilots), le morceau sonnait comme du … Arctic Monkeys produit par Josh Homme. Rien d’horrible en soit, plutôt cool même. Après l’excessif Too (2015), le groupe serait-il désormais équilibré ? Arrivant à la trentaine, se demanderait-il si un verre de jus d’orange tous les matins ne lui serait pas bénéfique ? S’il ne serait pas temps d’investir dans un pavillon de Culver City ? S’il s’était posé toutes ces questions bien avant, Fidlar s’inscrirait-il aujourd’hui en grandes lettres sur l’affiche du Lollapalooza, tandis que d’autres jeunes énervés prendraient la relève du punk californien ? Puis l’album est arrivé. Et évidement, tout n’est pas si simple.

Annoncé par une sirène d’urgence, Almost Free débute avec Get Off My Rock, un hybride hip-hop à la Beastie Boys, aussitôt suivi du plus dansant, joyeux et débonnaire By Myself semblant avoir été bricolé dans une chambre pour faire bouger les foules. Un instrumental bardé de cuivres, un morceau au funk poussif : Fidlar cherche le bon groove, n’est pas loin du tout, mais est constamment rattrapé par ses vieux démons. Plus tard, Alcohol se fait punk à l’ancienne, puis Too Real cède à une panique violente avant que Tought. Mouth. parle d’errance sentimentale en même temps qu’il se perd lui-même dans diverses directions.

Bref, la bande de Zac Carper s’éparpille. Les morceaux s’enchaînent sans vraiment de cohérence, ce qui nuit gravement à la spontanéité du tout, alors qu’elle était redoutable sur le précédant Too. Dommage tant on sent toujours le groupe d’une sincérité sans faille quand il se met à poil pour aborder ses faiblesses, comme on sent toujours l’esprit punk présent dès qu’il s’agit de lâcher les chevaux. Et puis il y a de bons morceaux quand même : Kick évoque la santé mentale, rentre dans la brume d’un cerveau malade où voix planante et plus directe se répondent, tandis que Flake peut rappeler l’hésitation de Can’t You See à se placer entre stoner et rock classieux, en plus vicieux. Almost Free porte donc bien son nom tant Fidlar s’ouvre à plusieurs directions. Mais il lui reste à se défaire de quelques boulets afin de mieux les exploiter, ou peut être à juste mettre un peu d’ordre dans ses idées.

VIDEO
ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
Kick, Can’t you See, Too Real


Tags:
,
No Comments

Post A Comment

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.