Feist – « Metals »

fesit180Album
(Polydor)
03/10/2011
Folk

Souvent, un disque peut en cacher un autre. « Metals », le cinquième de Feist, est à la fois inséparable et interdépendant de « The Reminder », son prédécesseur. Geste esthétique ou simple continuité, le résultat est le même: on est chez soi sans l’être.

Ceux qui connaissent la planète Feist ne seront donc pas surpris de constater qu’une fois de plus, en paysagiste subtil, elle nous offre un voyage exalté et savant, comme si toutes les saisons se déroulaient en quelques minutes. Intense sans forcer le trait, celle qui est une fée n’est plus en fer. En agrandissant la candeur de la folk, Feist confirme qu’elle sait écrire de grandes chansons et que sa rencontre avec la gloire ne l’a en rien altérée dans ses choix. D’une désarmante sobriété, du tube instantané d’hier (« 1,2,3,4 ») aux arrangements plus sombres d’aujourd’hui (« The Bad In Each Other », « Comfort Me »), la demoiselle s’exprime. Soyons clair, en creusant dans le même sillon, la belle ne transforme pas profondément l’idée qu’on s’était fait d’elle mais elle la nuance, la colorise en poussant sa sagesse jusqu’à la démence. On peut même – magie de l’indie pop – fredonner en pleine rue ces petites saynètes, gonflées aux chœurs et aux cuivres, puisque c’est ainsi que sont faits ses rêves sucrés.

Après moultes écoutes, on ne sait toujours pas si « Metals » est un album qui repose sous la neige ou sous les brumes automnales, allégé par les pluies printanières ou endurci par les chaleurs estivales. Sans aller plus loin, Feist rend compte, à sa façon, de ces forces mises en commun, et révèle l’envers de son monde. Peut-être, est-elle tout simplement à l’aube de ce qu’elle invente.

En écoute

« How Come You Never Go There »

Disponible sur
itunes1

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire