Feeder – « Silent Cry »

Feeder – « Silent Cry »

Silent Cry[Album]
25/08/2008
(The Echo Label/Pias)

Taillé pour devenir grand, Feeder, bien que responsable d’albums parfois convaincants (« Yesterday Went To Soon » notamment), sera toujours resté un groupe international à l’envergure limitée. Pas étonnant donc que ces Anglais, historiquement trop violents pour la Britpop et trop pop pour le circuit rock, aient encore le sentiment d’avoir quelque chose à prouver à la veille de la sortie de leur sixième album. Après avoir longtemps expérimenté tout en se cantonnant au format grand public, Feeder revient donc plus décidé que jamais, et retrouve les lourdes guitares qui faisaient toute sa force à ses débuts. Avec elles, le combo semble mettre tout ce qui lui reste sur la table, au point de faire de ce « Silent Cry » son album le plus cohérent et réussi à ce jour, sans toutefois prendre plus de risque qu’auparavant: une remarque qui serait tout aussi justifiée si elle s’adressait à Foo Fighters et Weezer, deux groupes pourtant incontournables et avec qui il possède quelques points communs. Mais si la recette parait facile, encore plus en la répétant ainsi, elle nécessite assez d’expérience pour atteindre aussi régulièrement un tel niveau d’efficacité. En effet, plus que jamais, Feeder aligne les tubes. Du premier single « We Are The People » qui ouvre le disque dans un registre émo, au « Sonorous » qui le clôture de la même manière, les Anglais, pour un combo de seize ans d’âge, balancent quelques perles mélodiques plus rafraîchissantes que révolutionnaires (« Miss You », « Tracing Lines », « Who’s The Ennemy », « Guided By a Voice »), quand ils ne s’adonnent pas à un pur et simple déploiement de forces (« Itsumo ») ou, parce que tout n’est pas parfait, à quelques ballades mielleuses laissant planer le souvenir de faux pas passés (« Silent Cry », « Fires », « Heads Held High »). Les radios, anglaises surtout, n’ont plus qu’à piocher les yeux (quasiment) fermés pour combler leurs auditeurs adolescents à l’exigence encore limitée. Mais, si tous pouvaient s’en servir de minima, on tirerait certainement moins la gueule à l’écoute des banalités peu inspirées que nous sert si régulièrement cette grande famille du rock. Feeder, quant à lui, s’offre un nouveau souffle qu’on n’osait même plus espérer avant cette récente offrande

Ecoutez un extrait ici.

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes

No Comments

Post A Comment

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.