Favez – « Bigger Mountains Higher Flags »

Bigger Mountains Higher Flags[Album]
14/01/2008
(Gentlemen/Pias)

Si, en termes d’émo rock indépendant, l’Europe devait élire son plus solide représentant des années 2000, nombreux seraient les regards à se porter sur Favez, lui qui fut un des tous premiers groupes européens de ce siècle à séduire un des labels les plus en vue alors, Doghouse Records (Gameface, Get Up Kids, Koufax). Une expérience qui ne se sera pas révélée plus fructueuse que cela, mais qui n’aura en rien stoppé l’évolution de ces Suisses fermement décidés à marquer la scène européenne de leur empreinte. C’est d’ailleurs ce qui se passera jusqu’en 2006, date de leur album « Old And Strong In The Modern Times« , le dernier d’une ère que le combo lui-même, conscient d’en être arrivé au point culminant de leur formule, jugeait comme révolue. On était donc prévenu, le Favez post Old And Strong serait différent ou ne serait pas

Les helvètes auront tenu parole, car « Bigger Mountains Higher Flags » marque un virage assez net dans leur discographie, un tournant qui pourrait bien déconcerter quelques uns de leurs fans les plus fidèles. Non pas que la donne soit radicalement différente: ceux-là y retrouveront avec grand enthousiasme l’intensité et les mélodies, deux éléments devenus ses véritables forces avec le temps et qu’il aurait été trop périlleux de remiser au placard. Aujourd’hui, Favez fait seulement moins de bruit, et ne lâche plus son clavier, son nouveau jouet qu’il intégrait déjà sur scène lors de sa dernière tournée, et dont il abuse désormais parfois sous le coup d’un enthousiasme débordant

Il lui aura donc fallu une longue pause pour se remettre en cause, et se retrouver avec la seule motivation de laisser parler ses nouvelles envies musicales. Il en est ressorti une attirance plus nette pour la pop, aidée de surcroît par ses deux nouvelles recrues (piano/Rhodes, et orgue), celles qui semblent désormais dévoiler un avenir plus grand public qui pourrait bien rebuter la frange la plus virile de son public. Ce qui serait, à vrai dire, d’une impitoyable sévérité à l’écoute de titres comme « The Highways Are Deserted », « When We Were Kings », « And We Dance », « White Limousine », et surtout d’un « The Torch Song » comme rescapé du passé, tous très proches de la veine qu’on connaît. C’est plutôt dans le registre de « She Wakes Up Every Night », « Here We’re Nothing », « We Used To Fight a Lot », et notamment du long et paisible « The Goodbye Song », qu’on entre de plain pied dans le nouvel univers du groupe qui n’est pas sans livrer quelques énormes tubes (« Naked And Gasolined »), et belles ballades à la mélancolie inspirée (« If I Didn’t Come For Forgiveness »)

Plus qu’un nouveau départ comme le groupe aime le souligner, « Bigger Mountains, Higher Flags » sonne finalement comme une transition toute en douceur, puisant à la fois dans la recette du passé tout en ouvrant la porte à ce qu’on imagine bien devenir Favez: une formation rock ayant usé ses pantalons sur les bancs du rock, et désormais parée à se servir de son expérience pour un second souffle, plus mûr, et finalement compréhensible. Encore un peu de patience cependant, et ce nouveau rebondissement définitivement assumé et digéré fera incontestablement des Suisses un pilier pop européen incontournable, au même titre qu’il pouvait l’être pour le rock

Ecoutez un extrait ici

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire