Father John Misty – ‘God’s Favorite Customer’

Father John Misty – ‘God’s Favorite Customer’

Album / Sub Pop / 01.06.2018
Folk pop


Pour Josh Tillman, écrire et composer est un exutoire, une façon de poser un regard sur le Monde à travers ses maux, souvent relatifs à d’éternels questionnements sur sa vie privée et amoureuse. Ainsi, à la sortie de I Love You Honeybear en 2015, le songwriter plutôt bavard faisait ouvertement de sa femme Emma sa muse, avant d’enfoncer le clou deux ans plus tard, mais sous un angle moins autocentré, Pure Comedy faisant alors de son couple les acteurs mais aussi les spectateurs de ses prises de conscience.

Emma étant manifestement sortie du décor depuis, Father John Misty a rapidement puisé son inspiration, à la fois dans les vertiges de la rupture et dans sa liberté retrouvée, pour donner naissance à God’s Favorite Customer : un nouvel album qui renferme encore beaucoup de réflexions profondes (We’re Only People and There’s Not Much Anyone Can Do About That), mais plus généralement le mal être d’un auteur habitué à y puiser toute sa force artistique (Please Don’t Die), et à se sauver du misérabilisme en se raccrochant à l’autodérision comme à l’absurde, constantes au sein de sa discographie (Mr Tillman).

Recouvert d’un vernis musical aussi solide que ses prédécesseurs, God’s Favorite Customer se démarque néanmoins par des compositions pop folk plus rythmées, ou le piano – bien que toujours présent (The Palace, The Songwriter) – est un peu mis en retrait au profit des guitares et des orchestrations (Hangout at the Gallows). Cordes, cuivres et choeurs viennent en effet parfaire ces dix chansons (Just Dumb Enough to Try, Disappointing Diamonds Are The Rarest of Them All), les rendant paradoxalement plus digestes, plus humbles, moins pompeuses que celles qui pouvaient constituer Pure Comedy.

L’égo de Tillman plie mais ne rompt pas. Tour à tour euphorique, triste, ironique, lucide et désabusé, le crooner baisse la garde, se livre ici sensible et sincère, sans se fier au qu’en dira-t-on, mais se sauve la face en livrant là la preuve d’une inspiration non seulement préservée, mais décuplée. Comme s’il était seul capable de trouver la plus pure des lumières en creusant son trou au plus profond. Surtout, qu’il prenne son temps pour en remonter.

VIDEO
ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
Mr Tillman, Disappointing Diamonds Are the Rarest of Them All, We’re Only People


No Comments

Post A Comment

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

If you agree to these terms, please click here.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.