Exploded View – ‘Obey’

Exploded View – ‘Obey’

Album / Sacred Bones / 28.09.2018
Krautrock psyché


Sans conteste l’un des groupes que nous attendions le plus en 2018, Exploded View peut se tarir d’être bel et bien au rendez-vous !
Il y a tout juste deux ans sortait le premier album éponyme de cette formation menée par Anika Henderson, Martin Thulin, Hugo Quezada et Amon Melgarejo. Nous avions alors été subjugués par leur mélange exceptionnellement réussi de post-punk, de krautrock, de psychédélisme et d’électronica, séduits par la qualité et l’attractivité de chacune de leurs chansons, et conquis par l’immense et jouissive sensation d’instinct primitif qui se dégageait tout au long de ce disque enregistré live, et en une seule prise. Après avoir publié un EP 4 titres l’an dernier, Exploded View fait donc son grand retour avec un second LP intitulé Obey. Auparavant quatuor, le groupe a dû faire face au départ du guitariste Amon Melgarejo, contraignant ainsi le reste de la bande à poursuivre l’aventure en trio. Une évolution qui a inévitablement fait perdre à la formation un peu de sa spontanéité, mais qui s’est aussi révélée propice à faire émerger le talent de multi-instrumentiste de chacun de ses membres. Fini l’enregistrement live en une seule prise, place désormais à plus d’arrangements en studio pour ces musiciens dont l’un des fondamentaux demeure le goût pour l’expérimentation.

Ici le son et la musique d’Exploded View gagnent en épaisseur, en richesse et en sonorités. Il semblerait que, poussé dans ses retranchements, le groupe ait prit de l’assurance et se soit ouvert de manière exponentielle au champ des possibles. Une bien heureuse nouvelle car il en résulte un album plus que solide, tantôt oppressant (Obey) tantôt captivant (Gone Tomorrow), aussi apocalyptique qu’apaisant (Rant), où l’on alterne à tour de rôles les sensations fortes (Come On Honey) et les parenthèses enivrantes (Lullaby et le très Broadcastien Open Road). Le trio se confronte autant ici au post-punk industriel de The Soft Moon (Dark Stains) qu’aux titres les plus épiques de la discographie de The Horrors (Sleepers), et publie notamment deux véritables pépites qui resteront parmi les meilleurs titres de sa discographie (Raven Raven et Letting Go of Childhood Dreams).

Ce nouvel album satisfait amplement les attentes qui reposaient sur ses épaules, au point de se demander s’il n’est pas encore plus passionnant que son prédécesseur tant il est différent mais ne dénature pas ce qui faisait la signature initiale du groupe. La bande d’Anika gagne ici en clarté, tant sur le fond que sur la forme – les lignes de chant simplifiées par la chanteuse anglo-allemande en sont de très bons exemples – et la production est nettement plus efficace sans qu’elle soit consensuelle pour autant. Ce second opus permet à ses auteurs d’afficher désormais plus clairement leurs ambitions, et nous permet à nous de pouvoir profiter une fois de plus de cet équilibre parfait entre sensibilité et brutalité, pénombre et éclaircie. Exploded View s’inscrit discrètement mais surement dans la droite lignée de ces artistes qui remettent sans cesse en question leurs acquis et leurs connaissances musicales, quel que soit le genre. On peut donc vous l’assurer : on ne manquera pour rien au monde le prochain chapitre de leur histoire.

VIDEO
ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
Open Road, Gone Tomorrow, Sleepers, Letting Go of Childhood Dreams, Raven Raven


No Comments

Post A Comment

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.