Exit Verse – ‘Exit Verse’

Album / Damnably / 17.11.2014
Indie rock

Depuis Karaté, groupe entré en grandes pompes au Panthéon de l’indie rock aérien, Geoff Farina décline ses inspirations dans des humeurs acoustiques. Tout autour du globe, armé de sa six cordes et de sa voix singulière, il n’a cessé de dessiner un folk éthéré, en solitaire comme aux côtés de Chris Brokaw (Codéïne) ou au sein des Glorytellers. Puis à la surprise générale, alors que pour des raisons auditives on le croyait définitivement interdit de musiques amplifiées, c’est sous le nom d’Exit Verse qu’il rebranche sa guitare électrique. Accompagné des expérimentés John Dungan (Chisel) à la batterie et du bassiste Pete Croke (Tight Phantom), il opère un retour aux sources du rock 70-80 qui a fait sa jeunesse.

Dès les premières notes de ce premier album éponyme, c’est toute l’empreinte du bonhomme qui nous frappe de nouveau de plein fouet. En leader, Farina place judicieusement ses accords ouverts dans leur plus simple expression, dépose la patte mélodique qu’il a toujours maîtrisé, et retrouve derrière le micro sa vigueur d’antan. Rythmiques binaires, basse en appui, le trio livre ainsi, dans la chaleur authentique des amplis, neuf titres résolument vintage. Dans une clarté un brin saturée, ils plongent en ligne droite dans ‘Under The Satellite’, ‘Chrome’ ou ‘Silver Stars’, et font remonter avec tact les décennies où ils faisaient leurs gammes. Différent, l’irrésistible et limpide ‘Seeds’ se dresse comme une pièce capitale de l’album. Avec lui, comme avec ‘The Bond’ et surtout ‘Fiddle And Flame’ en renfort, le trio réveille avec bonheur le prolongement du Karaté de la période ‘In Place Of Real Insight’. La similitude est frappante et, loin de tomber dans des comparaisons nostalgiques, c’est l’expression même de Farina qui explose à nos oreilles.

Loin d’un rock contemporain plus tordu et enragé, assumé de bout en bout, Exit Verse prend pleinement sens dans son authenticité. Indéboulonnable, Farina nous embarque à nouveau, là où il nous avait laissé orphelins avec Karaté, et réveille avec ses nouveaux compagnons de route sa maîtrise des ambiances aériennes, soulignées de sa voix inimitable. Une recette restée implacable, pour qui est prêt à plonger dans le rock à papa.

‘Seeds’, ‘The Bond’, ‘Fiddle And Flame’

À lire ou écouter également:

, ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire